pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > Journée du Souvenir Trans (#TDoR)

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17

Rexmeralda [=)]

22/12 (23:26)

avatar

Régulatrice

Nørd Ike a écrit :

Ce n'est pas particulièrement spécifique à une mouvance en particulier mais c'est plus une résultante de notre société actuelle. Il serait temps d'accentuer nos efforts sur une complémentarité plus que sur la disparité mais ça serait déjà reconnaître que le lien à l'autre est nécessaire.


IMHO, l'autre en soi n'est pas nécessaire, et c'est totalement hypocrite ou naïf de faire semblant que c'est le cas. Seuls certaines personnes le sont, celles avec lesquelles j'apprécie passer le peu de temps libre que j'ai, précisément parce que mon temps n'est pas perdu en leur compagnie. Le cercle de personnes peut être plus ou moins restreint en fonction de mon aptitude sociale à un moment donné, mais le constat général reste le même.
Les autres, je leur souhaite tout le bonheur du monde (♫), mais ça s'arrête de mon côté à un niveau assez sommaire d'empathie. La plupart des "autres" ne me sont non seulement pas nécessaires, ils me sont mêmes nocifs. Je suis aliéné à leur contact, puisqu'ils finissent systématiquement par me faire me conformer inconsciemment et involontairement à leur mode de pensée, à leur vision du monde, à leurs habitudes, à leurs attentes (source).

___

[=)] Reine des Gitans [=)] - Pôle Modération
Fille naturelle de Georgia et de Q
"Rester en colère, c'est comme saisir un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un ; c'est vous qui vous brûlez." -- Panddha

[ce message a été édité par Rexmeralda [=)] le 22/12 à 23:35]

Nørd Ike

22/12 (23:36)

avatar

Membre

Rexmeralda [=)] a écrit :


Je pense que tu as mal compris ce que je disais dans ce passage puisque dans ton propos qui visiblement vise à l'infirmer, tu exprimes justement ce que je disais.

Seuls certaines personnes le sont, celles avec lesquelles j'apprécie passer le peu de temps libre que j'ai, précisément parce que mon temps n'est pas perdu en leur compagnie. Le cercle de personnes peut être plus ou moins restreint en fonction de mon aptitude sociale à un moment donné, mais le constat général reste le même.

C'est justement le coeur du propos. Je n'ai pas parlé de sociabiliser avec tout le monde ni même tout le temps. J'ai simplement exprimé que là où sociétalement on nous fait miroiter par trop l'idée d'un besoin d'une rapport à l'autre inexistant ou tout à fait inutile (exemple du self-made man ou du mec suffisamment fort pour se passer des autres si on veut parler de la construction individuelle), le lien à l'autre et son besoin devrait être reconnu.

Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que dans le cadre de l'accompagnement des individus HPI, on insiste particulièrement sur ce point. [:)]


___

Dans ce monde de loups, j'ai préféré être un renard...
Notions d'Histoire, un site qu'il est bien.
"Tu peux lui faire comprendre que ça t'emmerde diplomatiquement ?
Sans lui casser un bokken sur la tronche hein !"
Meleny [§p] : "Mais t'es calé dans plein de domaines en fait toi [:o]"

Ultimate SJ Warrior

23/12 (17:03)

avatar

nombre messages : 305

Procureur Moldavie

Khanat Elmérien

Domicile : Champs de Patates

Le débat est lancé de façon malhonnête : "je vous informe que c'est le cas, je ne souhaite pas lancer de débat".

Je trouve ça un peu facile de mettre ces suicides par défaut sur le compte de l'intolérance systématique de la société. Quel est l'argument ici ?

V5V6


Ben [*b] Ex-Modérateur du Matin calme

Jean Till

27/12 (00:16)

avatar

nombre messages : 876

Citoyen

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Confluence

Ultimate SJ Warrior a écrit :

Euh… Tu fais référence au post initial ?

Ultimate SJ Warrior

05/01 (02:17)

avatar

nombre messages : 305

Procureur Moldavie

Khanat Elmérien

Domicile : Champs de Patates

Voila ce que je pense, et tant pis si c'est pris comme un procès d'intention.

Je suis suspicieux et dubitatif quant à l'interet recent envers les transexuels.
Le diagnostique qui est fait, et ne semble supporter aucune critique, est que les trans se suicident car la societé les rejete et les marginalise en refusant de s'adapter à leur "identité" , accuentant ainsi leurs anxiétés et leur isolement.

Hors, la victimisation est le pire service que l'on puisse rendre à une personne qui souffre d'anxiétés.
Les psychologues s'accordent à dire que la seule voie de guérisation n'est pas de faire disparaitre la source de ces anxiétés mais bien d'exposer graduellement le patient à cette source afin qu'il devienne plus confiant et plus courageux.
http://quillette.com/2017/12/27/collision-reality-depth-psychology-can-tell-us-victimhood-culture/
Forcer une personne fragile à s'affirmer et se construire en tant que victime, lui imposer un statut de victime la rend encore plus fragile et isolée, et c'est exactement ce qui crée plus de souffrance et peut conduire à un suicide.

Par ailleurs les trans ne demandent pas une telle chose. C'est surtout un message de personne "proches" dont l' "entourage" est trans, ou trans-friendly etc.
Les principaux concernés cherchent plutot à s'extraire de cette souffrance mentale (au prix d'interventions lourdes) plutot qu'à s'y identifier.
C'est vraiment pas pratique cet état d'esprit pour faire des manifs vous me direz ! Deja qu'ils forment une partie infime de la population si en plus ils n'adherent pas à l'idéologie ils faut bien que d'autres s'en chargent pour eux, c'est pour leur bien.

On peut se référer à cette affaire qui agite encore le Canada ou les idéologues ont réussit à faire rentrer dans la loi le genre "neutre", puis tout un tas de genre et d'orientations sexuelles, et finalement le fait d'obliger les gens à faire référence aux autres en utilisant le pronom de leur choix (selon une grille de dizaines de pronoms fabriqués pour chaque variation d'identité et de preference sexuelle : shey, zhim; etc.). Le principale argument était la aussi que les transexuels se suicident parce que la societé est méchante et que la santé/ sécurité doivent primer sur la liberté d'expression. Un professeur de psychologie Canadien (plutot à droite) a fait scandale en declarant publiquement qu'il n'y obéirait pas (refusant d'etre contraint par la loi à utiliser des termes teintés d'idéologie), il a recu 30 lettres de transexuels dont 29 étaient des lettres de soutiens appuyés tout en croulant sous les menaces d'activistes et de professeurs de sciences humaines d'obédiance néo-marxiste.

Avec 1 an de recul médiatique, j'y vois une récupération assez cynique de la souffrance des transexuels par la gauche identitaire pour en faire un symbole de l'oppression "normative" et leur suicide comme la preuve que celle ci est une violence physique et psychique aux conséquences intolérables. Le but est de s'en servir pour généraliser une théorie de l'oppression qui divise l'humanité entre oppresseurs et victimes selon des catégories biologiques et sociales. Théorie qui vise à un renversement de ces rapports (l'opresseur doit devenir victime) et justifie toute contre-mesure au nom de la compassion (vertue ultime) envers les victimes (personne vertueuse et méritante).
Théorie portée par des idéologues pour qui un homme qui couche avec une femme est un tyran feminicide ou qui vous expliquent sans ciller que si vous n'etes pas assez sensible à la couleur de peau des gens vous pérpetuez l'idée que le racisme n'existe pas et donc vous etes en fait raciste.

Donc oui je suis extremment suspicieux de la politisation de la souffrance des transsexuels. Jusqu'à preuve du contraire il n'y a pas de remede à celle-ci, et le mieux qu'on puisse faire est de respecter l'égalité des droits, de juger et respecter les gens au mérite qui leur est propre plutot que d'en faire un argument politique.

V5V6


Ben [*b] Ex-Modérateur du Matin calme


[ce message a été édité par Ultimate SJ Warrior le 05/01 à 02:25]

Daska

05/01 (08:36)

avatar

nombre messages : 6314

Membre

Le mec, on lui parle risques physiques bien réels, meurtres (car oui il y a des gens qui se font tuer juste parce qu'ils sont trans), exposition décuplée à la violence et à la prostitution et lui il nous réduit tout ça à une simple "anxiété" façon petit bobo, un petit bisou et ça passe.

Mais bon ensuite on attaque le coeur du message : les habituelles vitupérations contre les féministes fascistes et les affreux intellectuels néo-marxistes (sic).
Comme d'habitude, rien de nouveau dans le déballage des fantasmes classiques et des insécurités imaginaires de l'extrême-droite (oh ciel ! On va m'obliger à utiliser des pronoms bizarres, c'est affreux !).

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !


[ce message a été édité par Daska le 05/01 à 08:38]

Ranadal

05/01 (10:58)

avatar

nombre messages : 853

Membre

Avec au millieu des petites fake news d'extrême droite (on est parti au canada cette fois ci, c'est original et on voyage avec l'extreme droite !) au cas ou on aurait eu un doute sur l'argumentaire.

___

Je panse donc j'essuie.

Onawa

05/01 (11:17)

avatar

nombre messages : 7363

Citoyenne

Khanat Elmérien

Domicile : Quasar

Ultimate SJ Warrior a écrit :


> On peut se référer à cette affaire qui agite encore le Canada ou les idéologues ont réussit
> à faire rentrer dans la loi le genre "neutre", puis tout un tas de genre et d'orientations
> sexuelles, et finalement le fait d'obliger les gens à faire référence aux autres en utilisant
> le pronom de leur choix (selon une grille de dizaines de pronoms fabriqués pour chaque variation
> d'identité et de preference sexuelle : shey, zhim; etc.).


Quelle est ta source ? Il n'y a aucune trace de cette "grille de pronoms" dans cette loi.

Cet article décrit précisément de quels enjeux on parle et est loin d'atteindre ton catastrophisme.

Je demande à nouveau : Quelle est ta source ?


___

« Le libéralisme est une valeur de gauche »
"Moi, je suis socialiste"
"Je ne suis pas socialiste"
"Je suis de droite et de gauche"

---------------
Emmanuel Macron, Président de la République Française

Emile Loir

05/01 (13:08)

avatar

Membre

Onawa a écrit :



Quelle est ta source ? Il n'y a aucune trace de cette "grille de pronoms" dans cette loi.


Non, mais "mégenrer" (ça me fait penser à mégère, c'est dur de le dire sérieusement) quelqu'un est potentiellement condamnable par la loi. Du coup, de fait ne pas suivre la "grille de pronoms" inventée par une poignée de transgenres est potentiellement condamnable, que la "grille" soit présente dans la loi ou non. Vu que tu les mégenres. Tu vois?

Ok, d'après le lien que tu as envoyé, le simple "mégenrage" ("mégenration"? "mégenre"?) n'est pas la cause principale de condamnation en justice et ne fait partie que d'un ensemble plus grave de discriminations lorsque c'est sanctionné. Mais il n'empêche que.
J'apprécierai moyennement d'avoir un appareil juridique capable de me sanctionner quasiment au bon vouloir de la personne en face.

Pour faire un parallèle, ça me fait "peur" dans le même sens que lorsqu'on apprend les (rares) cas où une femme a accusé un homme de viol indûment, et l'homme a été en prison pendant X années avant qu'on l'apprenne.
C'est rare, ça ne remet pas en cause tous les autres cas où avoir fait confiance à la victime a permis l'arrêt d'un véritable violeur, étou étou. Mais il n'empêche qu'on peut s'inquiéter de savoir qu'on a un outil en face qui peut être utilisé par les quelques randoms connards de Tumblr pour répandre leur venin.

C'est d'autant plus inquiétant, que là où le viol est un acte facilement identifiable comme grave, on peut se demander jusqu'à quel point la souffrance d'une personne trans est due à la violence verbale de son agresseur et pas à une posture de victime.

Ca ne veut pas dire que je nie la souffrance des personnes trans hein. Il y a des gens bien plus investis que moi dans le domaine qui ont établi les effets de la discrimination. N'empêche que je regarde ça d'un oeil dubitatif.

Onawa

05/01 (13:38)

avatar

nombre messages : 7363

Citoyenne

Khanat Elmérien

Domicile : Quasar

Emile Loir a écrit :

> Ok, d'après le lien que tu as envoyé, le simple "mégenrage" ("mégenration"?
> "mégenre"?) n'est pas la cause principale de condamnation en justice et ne fait partie
> que d'un ensemble plus grave de discriminations lorsque c'est sanctionné. Mais il n'empêche
> que.

Bah du coup si, apparemment.

> J'apprécierai moyennement d'avoir un appareil juridique capable de me sanctionner quasiment
> au bon vouloir de la personne en face.

Du coup c'est pas ce qui est dit non plus. Une condamnation n'est jamais prononcée "au bon vouloir de la victime présumée".

> Pour faire un parallèle, ça me fait "peur" dans le même sens que lorsqu'on apprend
> les (rares) cas où une femme a accusé un homme de viol indûment, et l'homme a été en prison
> pendant X années avant qu'on l'apprenne.

C'est pareil quand on a accusé une femme de meurtre indûment. Moi aussi je vis dans la "peur". Mais si ça n'est pas possible actuellement, ça serait intéressant de voir combien d'hommes ont été en prison pour un viol qui n'est jamais arrivé, et de comparer ce résultat avec le nombre d'hommes qui sont actuellement en liberté et qui ont violé une femme. Par ailleurs, tu abordes le thème des erreurs judiciaires, qui ne sont pas la résultante des textes de loi en eux mêmes.

>Mais il n'empêche qu'on peut s'inquiéter de savoir qu'on a un outil en face qui peut être utilisé par les quelques randoms connards de Tumblr pour répandre leur venin.

Non, les condamnations ne sont pas prononcées par des random gusses, mais par un tribunal compétent, sinon ça fait longtemps que j'aurais fait euthanasier de très nombreuses personnes de par le monde. Comme le ferait mon voisin. Et le type en face de moi, tout compte fait.

Globalement, on fait beaucoup de bruit sur une loi qui ne fait que condamner la discrimination. Au cours du temps, la jurisprudence établira plus clairement les contours de la loi, et ça m'étonnerait beaucoup que les Canadiens remplissent les prisons pour avoir dit "il" ou lieu d'autre chose à la mauvaise personne au détour d'une conversation. Ca m'étonnerait moins que les gros lourds dont l'objectif dans la vie est d'emmerder le monde se voient affligés d'une amende, ou d'une convocation par un juge.


___

« Le libéralisme est une valeur de gauche »
"Moi, je suis socialiste"
"Je ne suis pas socialiste"
"Je suis de droite et de gauche"

---------------
Emmanuel Macron, Président de la République Française

[ce message a été édité par Onawa le 05/01 à 13:39]

Forum > Politique & Société > Journée du Souvenir Trans (#TDoR)

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17