pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > Les articles de presse du jour

1 | ... | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | ... | 48

Jean-Jaques Sticule

15/01 (13:56)

avatar

nombre messages : 13468

Président

Confédération Libre

Domicile : Déstructural

Megalion a écrit :

Ben produisons moins de trucs à la cons.
A quoi bon polluer, gaspiller des ressources et du temps de travailleurs pour produire des trucs qui finiront à la poubelle sans même avoir été utilisé une seule fois?
C'est pas cette réglementation qui est absurde c'est la société de consommation telle qu'elle fonctionne actuellement...

___

V5 : Malguewyn Evangelius, Oøok?!?, Masha Evangelia
V6a : Judas Brycault
V6b : Lune Attyck, Bô Kaa sSsa, Chevalier Barristan le blanc, Techno-Prêtre MP001, Jean-Jacques Blanc.
V6c : André Fujiet, Jean-Jacques Sticule

Onawa

15/01 (14:04)

avatar

nombre messages : 8020

Citoyenne

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Bottine

Jean-Jaques Sticule a écrit :

On sait quelle proportion du volume ça représente aussi, ce qui est détruit ? Je doute que des boîtes s'amusent à produire pour détruire volontairement, donc elles doivent quand même avoir pour objectif de limiter la casse.

___

Le capitalisme, c'est la mise en commun des moyens de production. Point. - Un intervenant "concis"

Megalion

15/01 (14:57)

avatar

nombre messages : 3554

Membre

Jean-Jaques Sticule a écrit :

> Ben produisons moins de trucs à la cons.

Facile à dire après coup.

> A quoi bon polluer, gaspiller des ressources et du temps de travailleurs pour produire des trucs qui finiront à la poubelle sans même avoir été utilisé une seule fois?

Parce qu'on ne peux pas prévoir l'avenir. On ne peux pas savoir quelle sera l'opinion de chaque consommateur, ou même des consommateurs en général, on ne peux pas prévoir les accidents qui peuvent survenir sur le parcours d'un produit particulier, on ne peux pas prévoir les défauts des produits, etc. On ne peux guère qu'estimer. Et en estimant, la marge d'erreur elle-même dépends exclusivement des données récoltées dans le passé et ne peux être valide si une seule condition parmi toutes celles ayant permis l'évaluation précédente change.

> C'est pas cette réglementation qui est absurde c'est la société de consommation telle qu'elle fonctionne actuellement...

Non, le gaspillage existait dans toutes les sociétés. Absolument toutes, et souvent à des niveaux bien plus dramatiques que dans la société actuelle. C'est pas un problème de société, c'est un problème d'ajustement entre prédiction et réalité. La société de consommation a justement permis de créer un marché qui permet d'ajuster en temps réel ces écarts, mais comme dans la distribution tout est réglementé, ça marche moins bien.

Onawa a écrit :

Si, si. Depuis la dernière pièce de la plus haute tour de la ville, assis dans un fauteuil à l'ornementation ostentatoire devant une cheminée monumentale surplombée par une sculpture d'une scène biblique inspirant un malaise tant les personnages semblent animés de vie sous la lumière chatoyante des flammes comme seule source d'éclairage, toutes les 15 minutes, Jeff Bezos éclate d'un grand rire:

"Mouhahaha. executez l'ordre 66 concernant le lot KX-247!!".

Parce qu'il est capitaliste.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

[ce message a été édité par Megalion le 15/01 à 14:58]

Onawa

15/01 (18:00)

avatar

nombre messages : 8020

Citoyenne

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Bottine

On n'est peut être pas obligé de tomber dans la caricature non plus. Il y a certainement un arbitrage qui est fait entre coût de stockage et coût de destruction. Le coût environnemental est-il pris en compte ? Toute combustion de matériaux entraîne dans la majorité des cas la destruction des matières premières utilisées et ça c'est pas facturé aux boîtes il me semble.

Je me doute que le fait n'est pas exceptionnel, et même certainement inhérent à l'existence d'une production et d'une consommation. Peut-on remettre en cause le modèle actuel ou est-il parfait ? Mais l'absence de mesure chiffrée empêche d'avancer dans le débat.

Est-ce qu'on détruit 0,1% de sa production ou 50% ? Certains produits ont des ventes très volatiles (produits de mode par exemple) alors que d'autres ne le sont pas particulièrement sur des courtes périodes.

Est-ce qu'on peut comparer la destruction de produits alimentaires périssables à la destruction de produits électroniques, ou vêtements ?


___

Le capitalisme, c'est la mise en commun des moyens de production. Point. - Un intervenant "concis"

[ce message a été édité par Onawa le 15/01 à 18:01]

Megalion

15/01 (18:34)

avatar

nombre messages : 3554

Membre

Onawa a écrit :

J'avais vu passer le chiffre en volume par rapport aux produits vendus, et c'était effectivement très faible. Détruire des objets coute à Amazon (les déchetteries sont systématiquement payantes pour les entreprises. Si elle les détruit, c'est pour deux raisons: soit ils sont très endommagés, soit la loi l'y oblige. Les donner aux particuliers/employés leur couterait moins cher, mais c'est une pratique interdite pour une entreprise de bazarder son matériel (pour plein de raisons, y compris la responsabilité civile). Du coup ça me fait rire de voir des législateurs légaliser pour interdire une pratique découlant directement de la loi.

Faire sauter la loi apporterait d'autres problèmes: les objets "gratuits" se trouveraient au main de "récupérateurs" et la gestion des déchets par les particuliers est bien pire que celle des entreprises: les télés que le péquin moyen voudrait essayer de réparer ou dont il espère récupérer des pièces se retrouverait dans des conteneurs non adaptés, ou pire dans la nature (raison pour laquelle cette pratique à été interdite en premier lieu).

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

[ce message a été édité par Megalion le 15/01 à 18:35]

Panda[*n]

15/01 (20:18)

avatar

Administrateur

Megalion a écrit :

> Jean-Jaques Sticule a écrit :
>
> > Ben produisons moins de trucs à la cons.
>
> Facile à dire après coup.

En fait c'est tout l'objectif de la discipline que l'on appelle le Marketing.
Produire les bons produits, aux bonnes quantités et aux bons prix pour éviter et limiter les grandes gabegies de la production de masse de la première moitié du 20eme siècle.
Donc Jean-Jaques Sticule a raison c'est bien une défaillance de cette business unit, soit au sein d'Amazon, soit au sein de ses revendeurs.

Et des bides du marketing, il y en a eu.
Oui c'est vous que je regarde, parfum Bic et New Coke. [%(]

___

"Moi je suis d'accord avec Panda, parce que c'est Panda." - red[*r]star, hier.

Megalion

15/01 (21:19)

avatar

nombre messages : 3554

Membre

Panda[*n] a écrit :

Voila:

#UnpopularOpinion : Le marketing limite le gaspillage et sauve la planète. Plus que 98% des gens à convaincre.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

[ce message a été édité par Megalion le 15/01 à 21:19]

Onawa

16/01 (11:39)

avatar

nombre messages : 8020

Citoyenne

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Bottine

Panda[*n] a écrit :

Non.

Certains biens ne visent qu'à faire la publicité d'une entreprise. Je pense par exemple à tous les gadgets à deux balles distribués gratuitement avec le nom de la boîte dessus. Ils ne sont pas destinés à la destruction mais c'est tout comme.

Certaines pratiques visent à provoquer un achat impulsif, visent à vendre une image plus qu'un bien, visent à vendre plus d'emballage que de nourriture etc...

Le but du market est juste de faire gagner plus de fric à la boîte. Pas de "limiter le gâchis". Si l'on peut douter de la volonté réelle de "perdre une partie de sa production pour la détruire parce que ça fait des jolies flammes", on peut aussi se demander si "favoriser la rentabilité avant tout" ne limite pas les options en matière de traitement de la surproduction, voire même en matière de surproduction tout court, notamment si le coût marginal d'un produit est très faible.

Bien sûr, ça passe autrement qu'en publiant un reportage sensationnaliste qui montre de la nourriture broyée d'un côté et des gens qui meurent de faim de l'autre côté et des interviews de chefs d'entreprise embarrassés de devoir faire toujours plus de fric d'un côté et satisfaire l'opinion publique de l'autre.


___

Le capitalisme, c'est la mise en commun des moyens de production. Point. - Un intervenant "concis"

Nerdos[*n]Valkyry

16/01 (13:13)

avatar

nombre messages : 17773

Citoyen

Confédération Libre

Domicile : Triangle d'Or

Onawa a écrit :

Sans faire dans le sensationnel, il suffit d'avoir fait un peu de mise en rayon dans une grande surface. Sans parler du facing, des trucs 'àlakon' comme le fait que les bouteilles d'eau sont tout à fait à l'opposé de l'entrée et les caisses, pour être presque sûr qu'on passe deux fois devant chaque rayon. (Il est plus logique de mettre l'eau au fond du cadi)
Ce qui est jeté est juste hallucinant.


Le site du WCG | Les recherches en cours | Le topic de la Team | FAQ en français | Vous aussi aidez la recherche avec la Team Kraland
Les petits ruisseaux font les grandes rivières, les "petits" ordinateurs font de méga calculateurs pour la recherche.
Megalion

16/01 (13:24)

nombre messages : 1

Visiteur

Onawa a écrit :

> Certaines pratiques visent à provoquer un achat impulsif, visent à vendre une image plus qu'un bien, visent à vendre plus d'emballage que de nourriture etc...

Ça me rappelle les quelques énormes pointes en feuille de laurier solutréennes (paléolithique supérieur) extrêmement fines, totalement impraticables pour un usage quotidien et servaient vraisemblablement d'armes d'apparat.

Bref.

C'est pas "les pratiques induisent un comportement", mais plutôt "un comportement qui induit des pratiques".

Forum > Politique & Société > Les articles de presse du jour

1 | ... | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | ... | 48