pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > L'illibéralisme

1 | 2 | 3 | 4

JC Zykë

07/06 (20:13)

avatar

Citoyen

Palladium

Domicile : Secteur Portuaire

Emprisonné

@Onawa
Pourtant selon Pierre Rosanvallon, L'illibéralisme est, « une culture politique qui disqualifie en son principe la vision libérale>>.

Je crois que le principe économique est bien la pierre angulaire du problème, car si ce n'était pour la maitrise du capital il n'y aurait pas de bataille pour choisir le mode d'exercice du pouvoir.

Je te rejoins sur le fait que la situation ne s'est pas améliorée depuis 90, et même bien avant.


@Sylvius
Macron est fasciste.
Si l'on accepte comme définition du fasciste : quelqu'un qui vise à protéger les structures du capitalisme, qui est violent et qui le revendique, qui organise le culte de l'Etat (en l'occurence sa propre personne, la "République" patati patata), et qui est dans l'instant présent de l'action, pas dans les idées (Macron n'a pas d'idée, le type est d'un vide intersidéral. "En marche" --> vers quoi, où, comment ? ...).


Pour ma part je vois plutôt dans l'illibéralisme, quelque chose à la De Gaulle, c'est à dire un contre pouvoir important et coercitif contre les puissances d'argent. Certains appelaient ça un temps "la troisième voie française". C'est à dire la voie entre le communisme et le capitalisme. Ou "l'Etat providence" ou tout simplement la "redistribution", si on choisi de le limiter à ça. Certains appellent ça aussi le nationalisme, par opposition au mondialisme qui est en général très "libéral".
Bien évidemment, cela signifie une certaine privation des libertés. Néanmoins je ne pense pas que cela signifie moins de liberté qu'avec un régime plus libéral, puisqu'il y existe toujours des règles pour protéger ceux qui ont le capital.
Un exemple tout con actuel : je construit une maison, je veux la donner à mon fils. Et bien pas possible. Celui-ci devra obligatoirement avoir un compte bancaire, et payer via "monnaie" informatique les taxes correspondantes à la valeur que "l'on" aura attribué au bien. Hors pour avoir ce compte bancaire et "l'argent" dessus, il faut travailler selon les règles imposées par le système. Quand bien même il aurait s'agit d'une vente et qu'il aurait voulu me payer par un autre moyen : impossible également. On le voit le système est cadenassé et fait pour et par les puissances financières.


Au final je suis assez d'accord avec Daska et peut-être Mégalion : et si "l'illibéralisme" n'était qu'un mot totalement inutile, hormis sa connotation négative - dans la bouche de certains - visant à dénigrer l'anti-libéralisme classique sans le nommer.

Bien bien bien, je crois que l'illibéralisme est effectivement une coquille vide. [co]




Aparté pour répondre à ça :
"Mais même économiquement... il a quand même usé de son influence de ministre pour agir sur des affaires économiques ou je me trompe "

bien sûr : c'est ainsi que furent vendues par la traitrise de Macron, et contre le travail de Montebourg (par exemple), certains fleurons français comme
Technip : ingénierie et construction pour l’industrie de l’énergie, soixante ans de technologie et plus de 2.500 brevets
Alcatel-Lucent : chef de file mondial en technologie de telecommunication
Alstom : chef de file mondial de production de centrale et transport d'électricité, fabricant de turbine à énergie nucléaire, et diverses autres activités hautement stratégiques
Chantier naval saint nazaire : fabrication et entretien de navire militaire, entre autres
+ l'Aéroport de Toulouse-Blagnac

Donc oui, il a bien usé de son influence de ministre pour agir sur des affaires économiques ^^'.

[ce message a été édité par JC Zykë le 07/06 à 20:26]
Megalion

07/06 (22:18)

nombre messages : 1

Visiteur

Rissolé a écrit :

> Si l'on accepte comme définition du fasciste : quelqu'un qui vise à protéger les structures du capitalisme, qui est violent et qui le revendique, qui organise le culte de l'Etat (en l'occurence sa propre personne, la "République" patati patata), et qui est dans l'instant présent de l'action, pas dans les idées (Macron n'a pas d'idée, le type est d'un vide intersidéral. "En marche" --> vers quoi, où, comment ? ...).


[3)][;|][[(]

Moi je pense que Macron est une charlotte aux fraises. Si l'on accepte comme définition de charlotte aux fraises: un homme brun né à Amiens qui à fait une carrière politique.

Spoiler

JC Zykë

07/06 (23:13)

avatar

Citoyen

Palladium

Domicile : Secteur Portuaire

Emprisonné

Megalion a écrit :

>
>
Spoiler


La définition que je donne est celle de Benito appliquée aux faits. Ce que tu donnes n'est qu'une devise, qui par ailleurs n'est pas incompatible avec ce que j'en dis... si on considère que le capitalisme avait l'accord de l'Etat :p (forcément d'ailleurs, puisque le capitalisme et l'Etat marchaient main dans la main en Italie, sauf dans les derniers soubresaut. Et on sait qui a été mis dehors hein).
Bref le fascisme est un autre sujet, je confesse ma faute.


https://blogs.mediapart.fr/berthe-dominique-henri/blog/070218/capitalisme-et-fascisme-lattelage-monstrueux-proche-de-son-heure
appliqué à 2018. (par ailleurs l'article s'autorise à comparer le couple de "gauche" (lol) Hollande / Valls à la droite fascisante et il a raison. Le même article appliqué à 2019 donnerait exactement ce que j'écris plus haut sur Macron, cet héritier syncrétique de l'UMPS.)

[ce message a été édité par JC Zykë le 07/06 à 23:23]

Nain Satiable

08/06 (00:07)

avatar

Intendant Ruthvénie

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Ruthvenville

Megalion a écrit :

Ce n'est pas pour te décevoir, mais tu perds ton temps. S'il veut réécrire l'Histoire, changer totalement la définition des mots, s'embrouiller et se contredire tout seul, faire des appels à De Gaulle totalement ridicules, et afficher son complotisme maladif, il vaut mieux le laisser faire dans son coin.
Tout le monde sait que le fascisme avait pour but de défendre le capitalisme. [:D] C'est tellement évident quand on voit leurs choix de politiques économiques. Puis bon, la "troisième voie" fasciste, avec un pouvoir coercitif, c'est pas beau, alors que la "troisième voie française", avec un pouvoir coercitif, c'est tellement bien.
Puis bon, la politique de VGE comme Ministre de l'Economie, c'est clairement la troisième voie.
Et c'est une évidence que le principe de taxation des héritages est un complot du système financier. Tout ça, c'est le méchant système qui nous veut que du mal. En plus, la monnaie scripturale, ce n'est même pas une vraie monnaie trololol.
Et puis Macron, c'est le vide sidéral, parce qu'il n'arrive pas à comprendre ses discours. Macron, il utilise même des mots qui n'ont aucun sens et d'autres qui ne sonnent clairement pas français. [:o]
Un moment, il a même insulté les auditeurs en utilisant le mot ... hum ... promé ..... oui Prométhée. Ou pire, Captatio benevolentiae. Le méchant trop trop vilain.

___

"Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie."

Rex

08/06 (01:02)

avatar

Membre

Macron n'est pas et n'a jamais été libéral. Spoiler alert : oligarchie et libéralisme sont incompatibles. Pour rappel, les deux piliers du libéralisme c'est :

- La libre-concurrence / libre entreprise : Macron, en bon inspecteur général des finances / banquier d'affaires (c'est au fond la même chose), ne travaille que pour les très grandes entreprises dirigées par ses amis type Xavier Niel dont le modèle économique dépend de l'influence qu'elles ont sur les politiques et donc l'Etat, et dont la stratégie principale de préservation des marges réside bien souvent dans la création de barrières réglementaires empêchant l'arrivée de nouveaux entrants sur un marché (ou sur la manipulation des marchés publics au détriment des consommateurs). L'essentiel de l'action économique de Macron ressemble à une vaste opération de trafic d'influence.

- L'Etat de droit : Macron a tout fait pour limiter l'efficacité des contre-pouvoirs nécessaires à son existence, à commencer par le Parlement, en finissant par la presse et en passant par la justice. Les modalités de la nomination du Procureur de la République de Paris disent à peu près tout ce qu'il est nécessaire de savoir sur sa conception de l'institution judiciaire, et ses réactions lors de l'affaire Benalla disent à peu près tout ce qu'il est nécessaire de savoir sur sa conception de l'indépendance de la presse. Sans parler bien sûr du respect des droits fondamentaux, qui a extrêmement régressé sous Macron, notamment en ce qui concerne la liberté de manifester.

En réalité, je ne vois pas très bien comment on peut attendre d'un énarque, et a fortiori d'un inspecteur de l'IGF, d'être libéral.

[ce message a été édité par Rex le 08/06 à 11:51]

Sylvius de Napline

08/06 (01:21)

avatar

nombre messages : 4580

Membre

Rex a écrit :


Merci. C'est effectivement plus clair.

JC Zykë

08/06 (08:20)

avatar

Citoyen

Palladium

Domicile : Secteur Portuaire

Emprisonné

Tout à fait Rex.
Certains semblent confondre ici libéralisme et capitalisme...

Nain Satiable

08/06 (12:04)

avatar

Intendant Ruthvénie

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Ruthvenville

Rex a écrit :

Du coup tu vas pouvoir nous citer une liste à la Prévert de barrières réglementaires sans justification apparues depuis l'élection, et de par la volonté du pouvoir en place.
Car bon, si on prend le cas du monopole de la SCNF, sa remise en cause est plus le fait de l'UE que de la France.
Par contre, concernant la corporation très puissante des médecins et des vétérinaires, c'est différent. Mais je présume que Macron n'a pas d'ami médecin ou vétérinaire.
Du coup, j'attends cette liste. Tellement de choses peuvent passer sous les radars.

Ensuite, idem, cite les différents droits fondamentaux attaqués depuis, et la justification associée.
Parce que si je prends ton seul exemple, le droit de manifester, ton argumentation ne tient pas du tout. Le droit de manifester s'oppose généralement (surtout quand on ne déclare pas la manif) à la liberté de circulation, à la sécurité des biens et des personnes, qui sont autant de droits fondamentaux.
Du coup, dire que limiter le droit de manifester est anti-libéral, c'est juste de la malhonnêteté intellectuelle. Au sein même des libéraux, depuis des décennies, ce débat a toujours eu lieu.
Donc clairement, il faut que tu revoies ta définition du libéralisme sur ce point. [;)]

PS: Sinon, concernant la discussion autour du capitalisme et du libéralisme, rien n'empêche d'ouvrir un débat sémantique sur ces mots. Discussion qui ne finira sans doute jamais, au vu des différentes interprétations, par exemple la définition marxiste.
Mais bon, il me semble que toute discussion est vaine si les individus utilisent les mêmes mots pour dire des choses sensiblement différentes.
Au passage, on est d'accord que le système féodal n'est pas un système capitaliste?

___

"Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie."

Daska

08/06 (12:49)

avatar

nombre messages : 6667

Membre

Nain Satiable a écrit :


> Parce que si je prends ton seul exemple, le droit de manifester, ton argumentation ne tient
> pas du tout. Le droit de manifester s'oppose généralement (surtout quand on ne déclare pas
> la manif) à la liberté de circulation, à la sécurité des biens et des personnes, qui sont autant
> de droits fondamentaux.

Une manifestation n'empêche personne de circuler, ou alors n'importe quelle foule ou n'importe quel embouteillage est un obstacle à la liberté de circulation.
Et une manifestation ce n'est rien d'autre que l'expression publique d'une opinion faite par de nombreuses personnes au même endroit.
Il me semblait pourtant que la libre expression publique des opinions était d'une importance capitale d'un point de vue libéral.
T'es vraiment un libéral à la manque en fait.
Quelle surprise.

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !


[ce message a été édité par Daska le 08/06 à 12:52]

Nain Satiable

08/06 (13:45)

avatar

Intendant Ruthvénie

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Ruthvenville

Daska a écrit :

Ah bon, quand tu bloques des ronds points, tu n'empêches personne de circuler? Quand tu bloques des rails, idem (cgt inside)? Quand tu ne déclares pas une manifestation afin d'empêcher l'administration d'informer et de dévier les usagers, idem?
Quand tu empêches les gens d'aller travailler (blocage d'usines ou autre)? Quand tu bloques le transport de fret, tu ne déranges aucune liberté non plus?
Quand tu affirmes qu'il faut tout bloquer pour être entendu, ça n'a, de façon évidente, aucun rapport avec les libertés individuelles?
On peut également parler des blocages de péages, des destructions en tout genre, du péage "gratuit" aka j'emmerde la propriété privée, ou alors les opérations "escargots".

Bizarrement, les manifestations pacifiques et qui ne bloquent rien, elles ne sont jamais réprimées ou interdites. C'est vraiment un truc de fou.

En fait, ta passion, c'est de raconter n'importe quoi à longueur de journée.
Quelle surprise.

___

"Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie."

[ce message a été édité par Nain Satiable le 08/06 à 13:48]

Forum > Politique & Société > L'illibéralisme

1 | 2 | 3 | 4