pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > L'illibéralisme

1 | 2 | 3 | 4

Daska

08/06 (14:22)

avatar

nombre messages : 6667

Membre

Nain Satiable a écrit :

Comme d'habitude tu es incapable de te limiter au sujet dont tu parles.
Là c'était les manifestations, pas les grèves ou autres. Une grève nécessite des conditions bien précises pour être légale, une manifestation non. Une manifestation non déclarée n'est pas illégale.
Et une manifestation n'empêche personne de circuler.
Ça m'amuse toujours ces libéraux qui s'empressent de poser des conditions et des limitations à la liberté d'expression dans l'espace public.

> Bizarrement, les manifestations pacifiques et qui ne bloquent rien, elles ne sont jamais réprimées
> ou interdites. C'est vraiment un truc de fou.

Ce qui est faux comme l'ont prouvé ces derniers mois.

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !


[ce message a été édité par Daska le 08/06 à 14:23]

Kosumi Hanzô

08/06 (21:17)

avatar

nombre messages : 118

Citoyenne

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Monte-Oktavio

Emprisonnée

Nain Satiable a écrit :

> Bizarrement, les manifestations pacifiques et qui ne bloquent rien, elles ne sont jamais réprimées
> ou interdites. C'est vraiment un truc de fou.

Toi t'as pas dû être dans la rue le 1er mai.
Quand tu manifestes pacifiquement tu bouffes du gaz à pleins poumons et si t'es pas content tu manges du tonfa.
La liberté de manifester n'existe pas vraiment, et les dizaines de mutilés le savent très bien.

[ce message a été édité par Kosumi Hanzô le 08/06 à 21:17]
Dantonk

09/06 (12:43)

nombre messages : 1

Visiteur

Sylvius de Napline a écrit :


Mais du coup, je ne comprends pas. Macron est libéral ou illibéral ? Parce que dans les faits, il correspond quand même plus au deuxième qu'au premier.


franchement. y a pas de liberal dans les candidats présentés.

la plus part sont conservateurs orientés état policier

Gizz

11/06 (09:45)

avatar

nombre messages : 681

Membre

Nain Satiable a écrit :
> Ah bon, quand tu bloques des ronds points, tu n'empêches personne de circuler? Quand tu bloques
> des rails, idem (cgt inside)?

Ca c'est pas des manifestations.


> Quand tu ne déclares pas une manifestation afin d'empêcher l'administration
> d'informer et de dévier les usagers, idem?

C'est sûr que le but est juste de bloquer l’administration.
Tout le monde pourrait le faire, déclarer une manifestation. Tout le monde peut se permettre d'être désigné responsable des dégradations commises par les groupes isolés, et d'en supporter les conséquences financières.

> Quand tu empêches les gens d'aller travailler (blocage d'usines ou autre)? Quand tu bloques
> le transport de fret, tu ne déranges aucune liberté non plus?
> Quand tu affirmes qu'il faut tout bloquer pour être entendu, ça n'a, de façon évidente, aucun
> rapport avec les libertés individuelles?
> On peut également parler des blocages de péages, des destructions en tout genre, du péage "gratuit"
> aka j'emmerde la propriété privée, ou alors les opérations "escargots".

C'est toujours pas de la manifestation.

>Bizarrement, les manifestations pacifiques et qui ne bloquent rien, elles ne sont jamais réprimées ou interdites. C'est vraiment un truc de fou.

Comme ça à été déjà dit, c'est faux.




Néanmoins, j'aimerais bien moi aussi avoir la "liste à la Prévert de barrières réglementaires sans justification apparues depuis l'élection" moi aussi.

Rex

11/06 (12:33)

avatar

Membre

Je n'ai pas de liste à la Prévert, mais j'aimerais porter à votre attention 2 cas très actuels de manipulation de marchés publics au détriment des consommateurs :
- Augmentation des prix de l'électricité, dénoncée par l'autorité de la concurrence elle-même comme détournement des règles de concurrence pour bénéficier aux concurrents d'EDF, incapables de proposer un service aussi compétitif que celui d'EDF ;
- Projet de vente tout à fait opaque d'ADP à Vinci, où tu vois Macron aller discuter en direct avec la boîte privée qu'il souhaite devenir monopoliste sur l'aéroportuaire en IDF ;

Dans les 2 cas, on voit Macron et son gouvernement mouiller directement leur chemise pour créer ou préserver des rentes monopolistiques ou oligopolistiques, au seul bénéfice de grandes entreprises dont le business model est construit sur la proximité avec l'Etat français. Utiliser l'influence de l'Etat pour créer des entreprises redevables de ce dernier (car bénéficiant d'une rente étatique) est très peu compatible avec le libéralisme, qu'elle que soit la conception qu'on se fait de cette idée. Or, c'est le modus operandi typique de Macron, créant ainsi des entreprises para-publiques avec une relation d'interdépendance très forte entre ces dernières et les hommes politiques / hauts fonctionnaires à la tête du gouvernement. Dans les deux cas, les consommateurs vont payer plus cher pour que des grandes entreprises profitent.

[ce message a été édité par Rex le 11/06 à 12:34]

Panda[*n]

11/06 (13:10)

avatar

Administrateur

+1 Rex

C'est quand même cocasse de vendre des autoroutes, aéroports ou entreprises de réseau pour "rembourser la dette", quand le taux d'endettement français est inférieur à la rentabilité des entreprises susmentionnées.
(Pour EdF c'est encore plus rigolo, puisque non seulement il y a le scandale sur les prix, mais en plus vu que le privé a fait de la merde sur certains investissements, on va renationnaliser une activité "stratégique", histoire de faire sortir du bilan comptable tout ce qui plombe).

La mutualisation des pertes, la privatisation des profits.

A croire que la seule logique économique derrière ça, c'est de prendre de favoriser les copains.
On est très loin d'une mise sur le marché classique et de la CPP.
Surtout que bon, la concurrence sur des activités de réseau à rendement marginal décroissant, c'est contre théorique, contre intuitif et ça dessert tout le monde (sauf les boites qui s'organisent en cartel).
Les activités de réseau (edf / télécommunication / rail) ne devraient pas être ouvertes à la concurrence, c'est une absurdité économique.

___

"Moi je suis d'accord avec Panda, parce que c'est Panda." - red[*r]star, hier.

Pulton de Groseille

15/06 (18:13)

avatar

nombre messages : 2889

Gouverneur Acropole

Confédération Libre

Domicile : Forum

Panda[*n] a écrit :

> Les activités de réseau (edf / télécommunication / rail) ne devraient pas être ouvertes à la
> concurrence, c'est une absurdité économique.

Pour l'électricité et Telecom je ne sais pas, mais pour les chemins de fer, une fois qu'on a acté qu'une entreprise nationale publique gère le réseau, son maintien et attribue des sillons aux entreprises ferroviaires /AOT, est-ce que la concurrence est forcément une mauvaise chose :

-La stratégie commerciale entre deux entreprises ferroviaires peut varier, Flixtrain en Allemagne étend son réseau, OBB lance des trains de nuit à l'international, Italo a réussi à prendre une place sur des LGV en Italie ...
-La présence de différents acteurs pousse aussi à une adoption plus large du Yield Management ce qui est plus favorable au consommateur.

Et la présence d'acteurs privés en capacité de se plaindre peut pousser l'Etat à restreindre ses ardeurs :

-subventions de lignes aériennes intérieures.
-investissement massif dans le routier au détriment du ferroviaire.
-Prix maximal réglementaire des billets : les autocars macrons peuvent fixer des prix supérieurs au train...

Panda[*n]

15/06 (19:55)

avatar

Administrateur

Pulton de Groseille a écrit :

Le problème d'une activité de réseau est liée aux rendements marginaux décroissants qui sont absurdes dans l'hypothèse d'une mise en concurrence.
Certaines activités d'équipement et de maillage d'un territoire ne peuvent pas s'appréhender uniquement en terme de rentabilité économique.

Vouloir comparer le ferroviaire au routier, sans que l'amortissement du réseau routier secondaire est tout simplement absurde. Ce ne sont pas des calculs de rentabilités qui sont cohérents en matière d'intégration de coûts.
Quant à l'argument "favorable au consommateur", les récentes privatisations et mises en concurrences sont toutes des contre-exemples criant.
Le jour où l'axiomatique néo-classique sortira de vrais arguments factuels et non doctrinaires, on pourra en rediscuter.
En attendant c'est cette logique de rendement marginaux décroissants qui conduit actuellement la SNCF a optimiser son niveau de retard et de qualité de service à la marge. (95% de trains à l'heure et coûtant immensément plus cher que 85% en terme d'organisation et de gestion des risques et imprévus, c'est une optimisation acceptable. Cette même logique s'impose également dans d'autres services de transport pour des questions de sécurité).

La mise en concurrence dans le médical à les mêmes effets pervers.
Mutualisation des pertes, privatisation des profits.
Les activités génératrices de revenus sont privatisées, celles complexes et critiques sont laissées au public.
Même principe pour la renationnalisation annoncée d'une partie déficitaire d'EDF.
Je radote mais je veux dire, c'est rigolo d'annoncer après 10ans de concurrence où les prix ont explosés pour le consommateur, que l'État va renationnaliser une partie du nucléaire d'EDF pour des questions stratégique. Super opération comptable pour mutualiser à nouveau ce qui est déficitaire et qui coûte.

Les libéraux à deux vitesses et deux poids deux mesures ça a toujours un côté amusant.

___

"Moi je suis d'accord avec Panda, parce que c'est Panda." - red[*r]star, hier.

Gizz

16/06 (02:12)

avatar

nombre messages : 681

Membre

Pulton de Groseille a écrit :
> -subventions de lignes aériennes intérieures.
> -investissement massif dans le routier au détriment du ferroviaire.
> -Prix maximal réglementaire des billets : les autocars macrons peuvent fixer des prix supérieurs
> au train...

Pour faire une réponse simple : qui dit concurrence dit rentabilité. Dans un environnement concurrentiel, si tu veux survivre, il faut que tes prix ne soient pas trop supérieurs à ceux du marché.
Sauf que toutes les lignes en France ne sont pas rentable : le but d'un service public, c'est d'assurer un service, pas d'être rentable.
Hors, les entreprises privées rentrant sur le marché ne vont pas s'attaquer à ces lignes : elles sont non rentable.
"Mutualisation des pertes, privatisation des profits." comme le dit entre autre Panda.

On se retrouve donc avec une SNCF qui doit assurer le service sur les lignes non rentable (les pertes), et qui est en compétition avec d'autres boites sur les lignes rentables(les profits). Comment peut-elle concurrencer alors qu'elle doit assumer les pertes liées aux lignes non rentable ?
Soit en faisant tourner a perte, soit en supprimant ces lignes non rentable.

[ce message a été édité par Gizz le 16/06 à 02:20]

Daska

16/06 (11:05)

avatar

nombre messages : 6667

Membre

La concurrence sur le réseau ferroviaire est une stupidité sans nom, tout simplement parce qu'elle est impossible.
Sur un horaire et un trajet donné tu ne peux, par définition, faire passer qu'un train à la fois.
Comment est-ce qu'il pourrait y avoir de la concurrence dans ces conditions ?

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !

Forum > Politique & Société > L'illibéralisme

1 | 2 | 3 | 4