pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > Gilets jaunes, acte 19 : le gouverneur militaire n'exclut pas "l'ouverture du feu"

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Riki[=k]Brise-Noisette

23/03 (11:14)

avatar

nombre messages : 5235

Membre

[OX]Samus Aran[OX] a écrit :

Il y a peu de chance effectivement mais dans un contexte de tension et avec des militaires pas formé ni équipé pour de l'anti-émeute un dérapage ça peut arriver (déjà qu'avec du personnel formé et équipé pour ...).
Mettre des militaires devant des manifestant c'est encourir ce genre de risque.

[ce message a été édité par Riki[=k]Brise-Noisette le 23/03 à 11:15]

Gyeongri

23/03 (11:47)

avatar

Membre

Agresser un militaire ou prendre d'assaut un bâtiment publique protégé par des policiers ou des soldats, ça peut aller jusqu'à l'ouverture du feu... bah oui, sans déconner ? Je crois qu'il y en a qui confondent "manifestation" et "insurrection", ou qui sont vraiment de sale trolls. Ce journaliste de France Info, sacré troll aussi à insister comme ça, sans nuance en sachant très bien comme les propos vont être déformé après : "regardez, il dit que des militaires peuvent faire feu !", et les réseaux sociaux (alias téléphone arabe) : "les militaires vont faire feu", et avec la ribambelle de mauvaise foi qui joue les offusqués...

Non, ce n'est pas le rôle des militaires de faire du maintient de l'ordre de nos jours mais, à aucun moment il n'en a été question en fait. Par contre protéger des bâtiments publiques et la République, oui c'est un peu leur rôle de base (en plus d'autres casquettes qu'ils peuvent revêtir, genre ils sont pas pompiers pourtant c'est eux qu'on envoie en renfort en cas de catastrophe naturelle...). (il y a pas si longtemps les gendarmes étaient des militaires aussi). Et le militaire qui témoigne anonymement sur France Info qu'il est pas un CRS, qu'il est pas équipé pour et qu'il a que son arme... et donc qu'il pourrait refuser de défendre la République contre des insurgés, c'est plus ça qui me fait peur perso. Parce que si l'armée commence à vaciller, et à laisser ou pire à rejoindre une insurrection, c'est très mal barré pour la République, et assurément pour notre démocratie (toute imparfaite soit-elle). (Dans le meilleurs des cas, elle pourrait être mise en pause par des moyens légaux...).

Et là, je viens juste de m'apercevoir après coup, pendant que le post est en cours de rédaction, qu'en fait je partage un peu les inquiétudes du syndicat de police cité précédemment, même si je serais plus modérée. (Et que je soutiens pas l'usage du LBD.. ils ont trop fait les cons avec selon moi.). Mais malgré mes distances avec ces propos caricaturaux du syndicats de police, admettez qu'il y a un part de vrai dans ce qu'ils disent. Dénigrer sans faire la part des choses n'est pas pour relever le niveau de leur communiqué. Fermer les yeux sur les violences côtés manifestants, ou pire les justifier (C'est qu'il y en a qui défendent carrément qu'on puisse saccager les boutiques, et la rue... ce qui me laisse perplexe), ça ne me semble pas vraiment se poser en défenseur de la démocratie non plus.

Je suis convaincue qu'on est à une époque où on peut faire avancer les choses, et obtenir plus de droits, sans passer par des actions violentes. C'est juste qu'il y a un processus démocratique à respecter et que ça prend du temps. Et je vais vous faire l'affront de vous rappeler que ceci n'est pas "manifester" ou "s'exprimer librement", que ce n'est pas non plus "démocratique" :
http://www.leparisien.fr/faits-divers/gilets-jaunes-une-attaque-contre-la-prefecture-du-var-a-ete-dejouee-25-02-2019-8019690.php
https://www.20minutes.fr/justice/2430947-20190119-dijon-prison-ferme-quatre-gilets-jaunes-agresse-gendarmes-caserne
http://www.leparisien.fr/faits-divers/intrusion-au-ministere-de-griveaux-les-gilets-jaunes-avaient-laisse-des-traces-12-02-2019-8010519.php
https://www.sudouest.fr/2018/12/06/des-gilets-jaunes-a-l-elysee-samedi-on-rentre-dedans-annonce-eric-drouet-5631384-10530.php
http://www.infos-bordeaux.fr/2018/actualites/bordeaux-la-manifestation-des-gilets-jaunes-degenere-devant-la-mairie-10292
liste non-exhaustive...

Donc pour résumer : prendre d'assaut des casernes de gendarmes, des préfectures, un ministère, et même des mairies (sans déconner? des mairies ? un des premiers cercles de la démocratie, à échelle locale et relativement humaine quoi... ), voire même le Palais de l'Elysée vu que ça a été envisagé...

J'ai envie de dire, c'est étonnant qu'on déploie les militaires pour renforcer la sécurité après ça ? et pour troller, je demande même, c'est vraiment anormale ? Pour moi, non. J'ai même pas encore compté les autres violences (vandalismes divers, attaque des forces de l'ordre) un peu partout en France qui occupent beaucoup les forces de l'ordre, et qui justifient aussi le déploiement de militaire pour protéger des sites importants (stratégique ou symbolique) afin que les forces de l'ordre puissent s'occuper du maintient de l'ordre. Ah je sais ce que vous allez dire : "oui mais c'est comme les vitrines de la bourgeoisie-capitaliste blabla, c'est juste un peu de casse...", "et puis la police elle est vilaine de toute façon". J'ai envie de dire, jusqu'où on laisse faire alors ? à quel moment, on arrête de se laisser faire par une minorité violente d'une minorité de la population mécontente ? à quel moment on rétablit l'ordre quand ça commence à casser et taguer, et que ça devient la zone ? à quel moment, on protège la République si ce n'est les lieux où elle prend place et s'exerce en fait ?

Pour moi, protéger la République et les institutions, ça commence dès les bâtiments qui les accueillent : personne ne doit violer l'enceinte de l’Élysée, d'un ministère, d'une mairie ou d'une préfecture... quitte à ouvrir le feu si nécessaire même si c'est que des pavés en face : rentrer et saccager c'est non, vouloir casser du flic ou du militaire, voire des élus, c'est non. Si tu insistes et que tu deviens dangereux, bah feu... ? Je ne m'en réjouirai certainement pas. Ce serait malheureux, mais pourquoi jouer au con en fait. Je trouverais pas anormal de tirer à vue, à balles réelles, sur des gens qui ne sont clairement plus de simples manifestants, mais qui sont des insurgés, ou qui s'approchent de la définition du terrorisme par leur action violente, même sans ak-47.

Pour ma part, je n'accepte pas d'insurrection ou d'action violente tandis que j'estime qu'on est toujours en démocratie malgré tout (je connais et reconnaît ses imperfections), un pays de liberté si ce n'est une démocratie parfaite. Pour l'heure, il est toujours possible de s'exprimer, de critiquer, caricaturer et d'apporter ses idées, et même d'accéder au pouvoir (non je troll même pas là). Pour moi, la République offre largement les moyens de se réformer si nous autres citoyens le souhaitons. Donc je vois pas matière à utiliser la violence et à aller prendre d'assaut la République.

Je trouve moins choquant d'avoir des militaires pour défendre des bâtiments institutionnels voire la République elle-même, que d'inscrire l’État d'urgence comme situation permanente et normale... Ils étaient où les Gilets Jaunes pour défendre la démocratie quand cette loi est passé en octobre 2017 ?
https://www.ldh-france.org/loi-securite-interieure-doctobre-2017-les-risques-derapages-pointes-conseil-constitutionnel/

Le pire, c'est que je suis même pas sûre qu'un référendum aurait changés quoique ce soit à partir du moment où tout le monde s'en fout, ou même voteraient pour hein... J'adore les gens qui parlent de dérivent autoritaires, juste parce qu'on utilise l'armée pour protéger des sites, comme c'était déjà le cas en fait, avant et pendant les manifestations Gilets Jaunes... rien que la Garde républicaine, qui protège le palais de l'Elysée entre autre, c'est juste pour faire jolie, avec des balles en caoutchouc ? J'espère que non.

Que ce soit soit clair, je suis pas contre les Gilets Jaunes, au contraire. Je soutiens leur liberté d'expression quoiqu'il en soit. Pour moi, ils peuvent donc défiler tout les samedis s'ils le veulent, même si ça fait "un peu de casse", pas grave... Et même si un moment donné, ils pourraient peut-être s'approprier la démocratie telle qu'elle est actuellement et qui est bien une démocratie quand même. (bah oui pourquoi rester sur des groupes FB et dans la rue quand on peut monter des partis et se présenter soi-même aux élections... )

Ça me choque pas que des militaires protègent des lieux importants et la République comme c'est leur rôle, ça veut pas dire que je suis des fachos. Je demande pas la fin des gilets jaunes de but en blanc, et encore moins qu'on leur tire dessus. Sachant que je suis favorable à proscrire l'usage du LBD en plus. Je précise vu le niveau de troll de certains posts ici, j'ai vraiment peur qu'on me fasse dire ce que je n'ai ni écrit, ni pensé. [[(] Ouais, je te vois arriver avec tes gros sabots Void Quit là Du reste, si jamais j'apprends qu'il y a eu des tirs à balles réelles sur de simples manifestant, soyez assurés que je me retrouvai dans les cortèges de Gilets Jaunes moi aussi.



Onawa a écrit :

Est-il raisonnable d'espérer/demander que l'exécutif s'engage dans autre chose qu'un processus sécuritaire et autoritaire?


Je retournerai la question aux Gilets Jaunes, est-il raisonnable d'espérer/demander que les Gilets Jaunes comprennent et acceptent de s'engager au-delà de gueuler dans la rue, de s'engager par exemple dans notre démocratie et la République pour tenter d'accéder au pouvoir légalement afin de mettre en place leurs idées ?

Manifester c'est un moyen d'expression, c'est un moyen de faire pression aussi certes, mais c'est pas le droit d'imposer quoique ce soit au pays en fait, ni même avoir un quelconque pouvoir. Je rajoute qu'accepter les revendications d'une minorité de français juste parce qu'ils gueulent forts et que certains d'entre cassent des trucs, j’appellerais pas ça une démocratie non plus.

Le pouvoir en France, pour l'instant, ça passe par les urnes, point barre. Et c'est pas un mal je trouve, aussi peu démocratique que ce serait selon certains, cela offre tout de même la possibilité à n'importe qui d'accéder au pouvoir pourvu qu'il arrive à convaincre une majorité de citoyens. Donc, je sais pas où était les Gilets Jaunes en 2017... j'ai pas vu de parti "Gilets Jaunes" contre Macron en 2017, étonnant. Mais vu qu'ils se sont réveillés au moins 2 ans trop tard sur facebook, bah maintenant les prochaines c'est en 2022. Ils devraient tout de même rester assez de samedis pour se préparer, quitte à le faire dans la rue avec un gilet fluo, pourquoi pas. Sinon il y a les Européennes bientôt (si tant est que ça les intéresse, d'habitude, ça intéresse personne. Pour cracher sur l'UE, y a toujours du monde pourtant...) >.>

Si les Gilets Jaunes sont si populaire et qu'une majorité de français les soutiennent, ils ne devraient pas avoir de mal à se faire élire et réformer la France comme ils l'entendent. Et maintenant, ils sont aussi connu et présent dans les médias que Macron lui-même, donc voilà.

[ce message a été édité par Gyeongri le 23/03 à 12:05]

Void Quit

23/03 (12:40)

avatar

Membre

[corrections d'orthographe et/ou de mise en page par Aymeric[*v]Henferéhencalcium le 24/03 à 12:48]
Gyeongri a écrit :

* ci-gît une mauvaise punchline *
Les premiers samedis de manifestation, et je t'invite à regarder la presse de novembre se sont tous passés dans le calme. Il y a eu des morts sur les ronds points parce que des gens qui s'en branlent de se battre pour les autres ont écrasés des manifestants, il y a eu quelques heurts mais c'était bon enfant.
C'est parti en couille à partir de décembre quand il fallait coute que coute disperser des manifestations "illégales" alors que le concept même d'illégalité d'une manifestation est contraire au droit supra-nationnal.

Quand tu te fais gazer et charger alors que t'es juste là pour manifester, forcément les black blocks et les autonomistes, dont je suis proche à titre personnel, tu ne les vois pas de la même façon. Au début ce sont des casseurs qui te flinguent ton mouvement, ensuite tu es bien content qu'ils soient entre toi et les forces de l'ordre qui appliquent à la lettre la dispersion à 17h pile poil. Cette conception violente du maintient de l'ordre fait d'ailleurs exception en Europe.

On charge on gaze et on tire à tout va, mais on interpelle pas, on ne relève pas les forces de l'ordre qui pendant plus de 10heures se pissent et se chient dessus (parce que pas de pause pipi !) et foutent des beignes et en reçoivent.
Personne ne peut être en capacité physique et intellectuelle de se battre et rester professionnel pendant aussi longtemps.
Les ordres qui émanent des préfets et du ministère sont manifestement là pour envenimer la situation.
On ne relève pas les forces de police, on applique des ordres stupides, on pousse à la faute et on interpelle pas ceux qui pillent les magasins.

Comme ça tu es sur que la prochaine manif sera encore plus violente et encore plus décrédibiliser.
Il faut être sacrément aveugle pour continuer à voir les évènements avec la lorgnette offerte par les journalopes et par les communicants du pouvoir.

Nous ne vivons pas en démocratie en France. C'est une République plus ou moins libérale mais ça n'est pas une démocratie.
Comment tu peux demander à des gens qui sont contre toute forme de représentation, qui partagent de plus en plus des idées autonomistes et libertaires, qui s'en prennent à leur propres "portes paroles", qui refusent les syndicats et les partis politiques, de créer eux même un parti pour se faire élire ?
C'est soit d'une absurdité sans nom, soit d'une très grande mauvaise foi.

La démocratie représentative est un oxymore. Tu ne peux pas demander à des gens qui demandent plus de démocratie directe à travers l'expression de référendums, de se faire élire.
Dès qu'il y a un mec élu avec du pouvoir, ça devient le plus gros fdp du monde.
C'est le moment pour une citation de Bakounine.

"Je déteste le communisme, parce qu'il est la négation de la liberté et que je ne puis concevoir rien d'humain sans liberté. Prenez le révolutionnaire le plus radical et placez-le sur le trône de toutes les Russies, ou confiez-lui un pouvoir dictatorial [...] et avant un an il sera devenir pire que le Tsar lui-même."

Tu prends un mec élu, avec un peu de pouvoir, qui va recevoir des beaux costumes des cadeaux et va avoir un peu de pouvoir, 80% de chance qu'il en abuse d'une façon ou d'une autre. L'humain est comme ça.
La démocratie représentative est un oxymore, et la faiblesse des mécanismes de contrôle font que nous sommes dans un pays profondément corrompu à tous les niveau, des dessous de table du BTP pour faire le rond-point du coin, aux arbitrage avec l'ami Tapis.

Vraiment, va falloir arrêter le discours stupide d'une organisation du mouvement en vu des élections.
On ne change pas de l'intérieur. On monte, on en tire avantage et on fini par le défendre.
Comme ces voleurs et ces menteurs de la France Insoumise. Ils devraient se renommer "La France Soumise à la Méluche".

___

Adversaire des mangeurs de glace.

Grabuge Tripenfer

23/03 (16:04)

avatar

Citoyen

Kraland

Domicile : Bottine

Gyeongri a écrit :


J'adore les gens qui parlent de dérivent autoritaires, juste parce qu'on utilise l'armée pour protéger des sites, comme c'était déjà le cas en fait, avant et pendant les manifestations Gilets Jaunes... rien que la Garde républicaine, qui protège le palais de l'Elysée entre autre, c'est juste pour faire jolie, avec des balles en caoutchouc ? J'espère que non.


Non, on ne parle pas de dérive autoritaire juste pour l'armée, mais peut être pour l'ensemble des blessés, parfois grave, depuis le début du mouvement ? Blessés qu'on ne compte pas dans les rangs des fameux black blocs, il faut le dire. Je ne sais pas, il suffit d'écouter le défenseur des droits, ou même d'autres pays étrangers (et je parle pas du Vénézuela, je parle de bourgeois-démocrate) pour le constater. Saisir l'armée n'est que logique, pour la classe dominante : ils ont besoin de tous les leviers pour se protéger, c'est le bout de la logique. Comme verser une prime pour acheter les policiers (dont ils ont oublié de payer les horaires sup depuis des années, mais là, on a besoin de fidéliser le dernier corps qui protège).
Nier la dérive autoritaire du gouvernement dans la repression des manifestations, c'est être volontairement dans le reflexe de protection de sa classe. Je peux le comprendre, mais autant l'assumer. On parle quand même de mutilations grave par dizaines, je rappelle aussi qu'un tir de LBD a tué une octogénaire qui était à sa fenêtre dans l'indifférence générale. Elle a 80 ans et est d'origine arabe donc c'est vrai qu'on s'en branle un peu.

Ensuite, si tu estimes que la démocratie actuelle te suffit, je comprends parfaitement que tu ne veuilles pas qu'elle change. Maintenant, croire que l'acte d'isolement de mettre un bulletin dans l'urne (magnifique acte politique au passage, m'est d'avis que les manifestants sont plus démocrate que le citoyen qui pose un bulletin secret tous les 5 ans) peut changer les choses, moi je n'y crois plus. L'offre politique est, de facto, biaisée et par dessus tout modelée par la classe dominante (cooptation dans les médias dominants, grandes écoles absolument pas représentatives de la société, intérêts particuliers avant l'intérêt commun, note que je n'utilise pas général). Et encore, si c'était suffisant : il y a le verrou de l'Europe, et par dessus elle des marchés. Obliger l'Etat à s'endetter auprès des Marchés Financiers, c'est verrouiller définitivement toute volonté de penser autrement que ce néo-libéralisme qui abreuve nos ondes dans les médias depuis des décennies. Vois tu un seul débat contradictoire dans les médias ? Dès qu'on sort du champ : baisser la dépense publique, plus de flexibilité, plus de compétitivité, privatiser, c'est le néant. Ose parler d'un Frexit, même de le penser, d'en débattre, et c'est le taulée. On aurait pas à parler autant de Frexit si par ailleurs on avait pas chier littéralement sur la belle démocratie avec le Non des Traités Européens et le passage en force. A qui profite le crime ? Sûrement pas aux ouvriers et employés mis en concurrence par la liberté des capitaux, c'est certain. D'ailleurs, on peut compter aussi sur eux pour se raisonner pour l'écologie, c'est évident.

Alors ouais, tu peux me dire qu'il est possible de foutre un candidat totalement hors système, qui passage le barrage des maires, qui affrontent toute la classe dominante dans les médias et du CAC40, qui ne soit pas corrompu, et qui arrive à parler aux gens empoisonnés par 40 ans de néo-libéralisme en massue, ouais on peut rêver.
Personnellement, je préfère renverser la table que jouer un jeu où les dés sont pipés. Je comprends que cet avis ne soit pas partagés par ceux qui ont un carré d'as dans la main, et un deuxième dans la manche.

J'ai pas mal extrapolé de ton intervention, donc ce n'est pas qu'une réponse à ton post, mais une réponse en général.

[ce message a été édité par Grabuge Tripenfer le 23/03 à 16:08]

Nain Satiable

23/03 (21:06)

avatar

Intendant Ruthvénie

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Ruthvenville

Ce message a été modéré

Les attaques personnelles contre les membres de la communauté n'ont pas leurs places ici. Merci de respecter vos interlocuteurs. ( Dernier "conseil" avant l'avertissement en cas de récidive.)

[modéré par Leonid Zombaditulov le 24/03 à 02:29]

Gyeongri a écrit :

Pourquoi veux-tu qu'ils se présentent? Pour se présenter, il faut déjà un programme, les gilets jaunes en sont à des années lumières. Car non, être d'accord sur le fait de ne pas être d'accord, ça ne compte pas. Il faut en plus des individus unis pour porter le dit projet, les gilets jaunes préfèrent largement se taper dans les pattes. Et pire que tout, tu risques fortement de prendre une énorme déculottée qui montrera à tout le monde que tu ne représentes qu'une ultra minorité.
Il est bien plus simple de gueuler et de casser, plutôt que d'être constructif. Proposer des solutions intelligentes et globales, c'est compliqué. Et je ne parle même pas du fait qu'il faut travailler des dossiers techniques et complexes, et qu'il est tellement facile de passer pour un amateur lors des différents débats ayant lieu avant des élections.

Tout cela est confirmé par de récents sondages, même si cela reste des sondages. Les gilets jaunes seraient tout bonnement ridicules.
Alors pourquoi ne pas se cantonner à gueuler plus fort que son voisin, pour faire illusion un temps soit peu, et faire passer une ultra minorité pour un truc plus grand?

[ Contenu modéré]

En résumé, les gilets jaunes ont tout intérêt à continuer sur cette voie. C'est la seule qui ne les coulera pas définitivement.

___

"Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie."

[ce message a été édité par Nain Satiable le 23/03 à 21:06]

Gâterie

24/03 (21:06)

avatar

nombre messages : 11497

Membre

Gyeongri a écrit :

> Je suis convaincue qu'on est à une époque où on peut faire avancer les choses, et obtenir plus
> de droits, sans passer par des actions violentes.

lol

Des exemples peut-être ?

___

PROTOPLASME

Stefan Celmare

25/03 (07:07)

avatar

nombre messages : 2711

Membre

Gâterie a écrit :
>
> lol
>
> Des exemples peut-être ?


Des contrexemples oui, genre le dégout des corses qu'ont voté pour une majorité régionaliste mais que le gouvernement a plaisir à ignorer parce que bon c'était plus simple de donner des concessions quand il y avait des bombes. Maintenant qu'ils ont dit qu'ils arrêtaient les bombes et privilégiaient la politique, eh bien Paris ne cherche même plus à discuter.

Et idem pour les gillets jaunes ... Ya eu de la concession que lorsque la violence est monté. Avant cela, rien...

Alors oui on est dans un temps où on peut résoudre les problèmes sans violence, c'est vrai quand tu vis au Royaune Uni, au Canada ou en Allemagne, mais en France malheureusement les différents gouvernements montrent clairement qu'ils ne comprennent que la violence ...

Gâterie

25/03 (09:25)

avatar

nombre messages : 11497

Membre

Stefan Celmare a écrit :

> Alors oui on est dans un temps où on peut résoudre les problèmes sans violence, c'est vrai
> quand tu vis au Royaune Uni, au Canada ou en Allemagne

C'est aussi vrai en France quand tu as du pognon. C'est bien pour ça qu'on a toujours des gens qui se complaisent à dire qu'on est en démocratie : eux ils ont les moyens financiers de résoudre leurs problèmes sans être violents eux-même.

___

PROTOPLASME

Ranadal

25/03 (11:38)

avatar

nombre messages : 993

Membre

Gâterie a écrit :


> Des exemples peut-être ?


Pour la condition des femmes : (c'est un extrait, y'en a tellement)

1965 : Indépendance financière des femmes.
1975 : Loi IVG
1985 : loi pour plus d'aglité dans le mariage entre les époux.
1990 : première reconnaîssance du viol conjugal, suivi d'une loi peu après.
2000 : Loi pour l'accès des femmes aux mandats électoraux
2010 : loi sur les violences faites aux femmes
2012 : loi sur le harcèlement sexuel

Droits LGBT:

1985 : Loi contre les discriminations sur l'orientation sexuelle
2008 : Adoption ouverte aux homosexuels
2010 : Transidentité retiré de la liste des maladies mentales
2013 : Mariages ouvert aux couples homosexuels

Ce sont des exemples pris un peu vite fait, en vrai y'en a des milliers ces dernières années, ou y'a pas besoin d'aller tout casser pour que ça avance, ça évolue de manière assez organique avec l'évolution de la société. (ce qui pour moi confirme que faire changer les gens d'avis et faire de la pédagogie, du militantisme, du boycott,... est pour moi une des méthode les plus efficace pour aller dans le bon sens. Enfin dans le sens que tu veux, si tant est qu'il y ai un "bon" sens absolu.)

Tiens d'ailleurs ça me fait penser que j'aurais pu ajouter dans la liste tout un tas de lois pour la protection et le bien-être des animaux.

Y'a tout un tas de truc obtenus également par des assos écologistes (même si je suis de moins en moins d'accord à titre perso avec leurs objectifs), suite à des actions absolument pas violentes. (d'ailleurs l'age assez inéfficace des arrachages sauvage d'ogm et des sabotages divers semble plutôt révolus)

Et aussi des truc que je trouve très bien perso mais que beaucoup s'en foutent, comme des loi pour encadrer et faciliter l'e-sport par exemple.


En fait je trouve plutôt au contraire que toutes les avancées majeure dernièrement s'obtiennent plutôt avec l'évolution de la société et le militantisme moderne qui l'accompagne, qu'avec des blocages et des manifs violentes (qui elle ont plutôt tendances à obtenir des petites concessions que de vraies avancées).

___

Je panse donc j'essuie.

[ce message a été édité par Ranadal le 25/03 à 11:40]

Void Quit

25/03 (11:46)

avatar

Membre

Gâterie a écrit :

> C'est aussi vrai en France quand tu as du pognon.

Je ne pense pas que ça ne soit qu'une question d'argent.
Quand tu es privilégié en France, il est normal rationnel et légitime d'avoir une attitude profondément réactionnaire et de voter pour les conservateurs. Protéger le statut-quo soit par la régurgitation de pensée pré-machée d'autres personnes également privilégiées, soit par une levée de bouclier idéologique inique et absurde.

La principale condition à l'acquisition de privilège dans nos sociétés occidentales est basée sur la chance. Sur l'aléa, le hasard.
Hasard de la naissance tout d'abord, en fonction de son sexe, de sa couleur de peau, de sa beauté ou de sa santé. Ces critères ont une influence importante dans la réussite sociale et professionnelle, la beauté bien que subjective a priori joue également un rôle important indépendamment du mérite de l'individu.
On pourrait dire être né coiffé, full luck.

Hasard de la condition de sa famille. Être bien né dans la bonne famille qui a déjà un statut social important.
On va pouvoir acquérir un capital social, économique, culturel et au niveau du développement intellectuel, la meilleure stimulation de l'enfant tend à augmenter ses chances d'avoir un meilleur QI par exemple. L'intelligence comme la culture ça se développe. Et pour sa vie professionnelle, avoir déjà du réseau, un bon stage, ou les codes culturels pour réussir des concours ça aide.
Comme avoir une famille qui a les moyens de financer des études dans les grandes villes, de payer des prépa-privées, des séjours linguistiques ou autre.
Le concours ne garanti par nécessairement un système juste ou méritocratique.
Il s'agit de grimper aux arbres le plus vite possible, mais tu as des singes avec des cordes d'un côté, et des éléphants unijambistes de l'autre.

Ensuite troisième occurrence du poids du hasard sur la vie et la réussite de l'individu, c'est lié à l'aléa de la vie.
Ne pas avoir d'accident de voiture, ne pas développer de maladie grave, d'addiction, ne pas faire de mauvaise rencontre, ne pas développer de pathologie mentale handicapante, etc.
Ou à l'inverse, prendre un risque en lançant un business, qui va marcher contre toute attente (bien que les biais rétrospectifs tendent à louer une prescience plus qu'une chance). Mais cette possibilité de prendre des risques permettant l'apparition de ce que Taleb appelle des "Cygnes Blancs" n'est possible que si tu as la condition mentale pour le faire, et la sécurité matérielle pour l'envisager. Ce qui renvoie encore une fois au second point. Avoir un locus de contrôle interne c'est propre à certaines catégories sociales et c'est une condition sine qua non de l'entrepreneuriat. Avoir la sécurité matérielle pour pouvoir prendre des risques et se planter aussi.
Quand tu ne peux pas prendre le risque de vivre 3 ans sans aucun retour sur investissement, tu fais moins de start up que quand tes parents sont derrière.

Et pourtant face à tout ça, on entend encore parler de méritocratie, en prenant en exemple des aberrations statistiques qui ont pu sortir en dépit de tous ces freins. Comme autant de gagnant du Loto qui ont pu atteindre la ligne d'arrivée après un marathon, quand d'autres devaient faire un 40m avec un vélo.
Ce qui est rigolo dans toute cette histoire, c'est que ceux qui défendent l'idée de la méritocratie ne le font que pour justifier une situation de privilège où leur valeur, la part de la variance expliquée par leur travail est au final négligeable.

Visiblement, ceux qui sont parti avec moins d'atouts dans la vie, quand ils cherchent à renverser l'ordre établi, c'est d'une indignité sans nom.
Les sans-dents devraient accepter que dans une société dite "démocratique" et dite "libérale", l'on rajoute chaque jour davantage de sécurité à la reproduction sociale des catégories privilégiées.
Il fallait naître homme blanc sans handicap et à Neuilly. Au lieu d'être une femme battue de couleur dans la banlieue marseillaise de parents immigrés.

Mais je peux le comprendre, ce côté réactionnaire égocentrique et conservateur. Je suis un homme blanc pas trop moche pas trop con*, issu de classe moyenne supérieure à aisée. J'ai pu faire les études que je voulais et j'allais très bien gagner ma vie et voter Macron également.
Moi c'est la troisième sorte de hasard qui m'est arrivé dans la vie, qui a détruit entièrement celui que j'étais et qui m'a fait relativiser et considérer les choses différemment sur mes privilèges, sur la méritocratie et le système libéral. Mais ça c'était quand j'ai arrêté de vouloir me suicider tous les jours que j'ai pu recommencer à lire et à critiquer cette illusion de justice qui ne fait que garantir à ceux qui ont tout, qu'ils auront une part encore plus importante demain.
C'est pour cette raison aussi que l'on court à la croissance. Parler de croissance pour garantir le pouvoir d'achat, quand l'indice de Gini explose ça m'a toujours fait beaucoup rire.



*Source : Ma maman.

Ranadal a écrit :

Aucun de tes exemples n'a une considération économique, de répartition ou de justice sociale.
Forcément c'est facile d'accorder des droits pacifiquement quand ça ne fait rien perdre aux détenteurs de capitaux. [o)]

___

Adversaire des mangeurs de glace.

[ce message a été édité par Void Quit le 25/03 à 11:50]

Forum > Politique & Société > Gilets jaunes, acte 19 : le gouverneur militaire n'exclut pas "l'ouverture du feu"

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6