pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > 1er mai encapuchonné

1 | ... | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24

Maiaka

24/07 (16:23)

avatar

Membre

Satori[*n]9960 a écrit :
Oué, t'as trop raison...

Pol&Soc, c'est trop sérieux. [co]


___

Maiaka - MaiakaIPWhiteRozen[*b] - MaiakaIPAnarfyfy[*b] et Gardevoiaka
"La violence est justifiée, quand il est question de serrer un corset"
Boycotteuse de RIK/PM/etc
Feedeuse émérite sur Lol et Omygodtaconnectionestpourave
#Plusquetroisplaintes #ConfondezmoiavecMyska [=)]

Gâterie

24/07 (16:26)

avatar

nombre messages : 11408

Membre

Onawa a écrit :

> Gâterie a écrit :
>
> Oui enfin j'entendais surtout par "classe dominante" (qui est un concept
> un peu flou) : Les dirigeants, le complexe militaro-industriel qui pousse derrière, et quelques
> penseurs bellicistes qui vont rencontrer l'opposition de penseurs pacifistes.


C'est bien le problème que j'ai avec le concept flou de "classe dominante" : il est tellement flou qu'il est juste utilisé pour dire "les autres, ceux qui sont méchants". Mais utilisé comme ça, il ne sert à rien puisque c'est toujours "les autres".

Je m'explique rapidos : tu trouveras des propos de Mélanchon où il dit lui-même qu'il fait partie des classes dominantes, que son poste de député et les avantages afférents le coupe des classes populaires (flemme de rechercher moi-même, mais je l'ai déjà entendu dire ça). Parce qu'il emploie ce concept dans un sens relativement précis, et que manifestement il entre dans cette définition. A partir de là, connaissant tous les problèmes associé à la "classe dominante" (violence symbolique, définir la culture légitime etc), il peut essayer de ne pas lui-même être la cause de ces oppressions de classe. Ca ne signifie pas qu'il y parvient parfaitement, ce n'est pas ce que je dis : mais simplement, en ayant conscience de sa position, il peut tenter de minimiser son impact négatif. Ceci n'est pas possible s'il part du principe que les dominants, c'est "les autres, les méchants" et pas lui.

A l'inverse, tu peux être sûr que soit Sarko estime qu'il n'y a pas de dominant, soit il estime que les dominants c'est "les autres, ceux qui sont méchants" et que de son côté il participe pas à ça. A vrai dire, je pense que Sarko pense qu'il n'y a pas de "classe dominante" alors que Hollande pense que c'est "les autres, ceux qui sont méchants" ("mon ennemi c'est la finance", ou si tu préfères "mon ennemi c'est les autres, ceux qui sont méchant, mais moi je le suis pas"), et ni l'un ni l'autre n'ont apporté grand chose.

Et bref, quand je pense à ce concept de "classe dominante" et que je regarde ma position et ma formation, le fait est que, même si je n'aurais sans doute jamais de subordonnés, j'en fais partie. Il y a des trucs où quand je lis "les classes dominantes font ceci", je reconnais que je pourrais en faire partie, mais sur la guerre... non, je trouve pas la guerre très très bien même si j'irais jamais au front, et il y a peu de chance que j'applaudisse un jour la mise en branle de l'armée, même pour faire couler la démocratie.

___

PROTOPLASME

[ce message a été édité par Gâterie le 24/07 à 16:29]

Onawa

24/07 (17:16)

avatar

nombre messages : 7782

Ministre de la Justice

Palladium

Domicile : Secteur Restreint

Bah un type qui te parle de classes en premier lieu a déjà une conscience des classes. Si Sarko n'a pas de conscience de classe, tu peux pas parler de classe avec lui. La simple notion de "classe" est subjective, et politique, c'est vrai.

Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toute époque, les pensées dominantes, autrement dit la classe matériellement dominante de la société y est aussi la puissance spirituellement dominante »


Marx&Engels.

Ca résume les diverses définitions que j'ai pu trouver. La notion de propriété et de pouvoir politique, et le lien qui est fait entre les deux. Donc c'est un peu flou, mais on peut quand même établir avec un certain degré de certitude, que l'infanterie militaire sans galon ne fait pas partie de la classe dominante.

On peut établir qu'un président de la république fait partie de la classe dominante.

Du coup en France le Président prend la décision et s'auto-congratule, le bidasse va au feu et meurt. Il y a certainement un tas de facteurs qui influencent la décision, selon les circonstances, mais jamais tu n'inverseras les deux rôles.

Note que dans mon exemple je ne dis pas particulièrement si le président est méchant, ou si le type qui meurt est gentil.


___

Je ne vais pas aller sur Wikipédia, ou que sais-je, en saisissant le nom de la personne en me disant "Ah tiens et si je m'informais sur celui-là" ? - Aurorez

Megalion

24/07 (20:42)

avatar

nombre messages : 3380

Membre

Onawa a écrit :

> Propension de la classe dominante à s'auto-congratuler : Très élevée (demande donc à Sarko de ce qu'il pense de l'intervention en Libye par exemple)

Par rapport au pékin moyen, le terme "très élevé"? C'est pas évident comme ça. En fait pour les français c'est très flagrant vu de l'étranger: gros melon, grosses chevilles, du député à l'ouvrier.

> Propension de la classe dominante à abandonner son bureau pour aller au front : Très faible

En nombre absolu, non. En proportion, c'est hautement critiquable; autant c'est vrai pour les guerres menées à l'étranger en projection (on envoie que les bidasses sur le terrain, si on en envoie, tout se télécommande depuis le ciel) autant les guerres pratiquées sur le territoire ou les guerres défensives, on a vu beaucoup d'officiers ou même de députés monter en première ligne. Les anglais ont même dû durant la première guerre mondiale exiger à leurs officier d'arrêter de se faire massacrer en première ligne, vu la calamité. Les médecins étaient présent sur le champ de bataille, au milieu des obus qui pleuvaient là encore jusqu'à ce qu'on organise mieux l'évacuation des blessés. Le ministre de le guerre (si) était sur le front et a été blessé deux fois.

Mais de l'avis général, c'était quand même assez peu utile d'envoyer des officier en première ligne. Par contre, des officiers exclusivement dans l'arrière garde ça ne sert pas à grand chose non plus et globalement, en faisant l'abstraction de la première guerre mondiale ou les officiers ont particulièrement trinqué, la seconde à montré des profils ou les chances de mourir bêtement étaient à peu près les mêmes pour les troufions que les officiers.

> Profil de la piétaille exposée au plus grand risque de mourir : Peu ont fait l'ENA

Et là aussi c'est essentiellement du au fait que

a) ENA n'est pas une formation pour devenir militaire de métier
b) Quand bien même c'est d'avantage du au fait que les Énarques sont peu nombreux qu'à une protection individuelle supérieure.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

Forum > Politique & Société > 1er mai encapuchonné

1 | ... | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24