pied gauche

 

Politique & Société

Poster Nouveau sujet Sujet bloqué

Forum > Politique & Société > Vous et la vaccination

1 | ... | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | ... | 45

Megalion

12/08 (20:17)

avatar

nombre messages : 3214

Membre

Fangs a écrit :

> Je pense pas qu'il soit aussi évident de définir le niveau de danger que représente un produit.

Deviner. Par exemple, en regardant: "Oh, il y a de l'aluminium/du plomb/de l'uranium, est-ce dangereux?" on ne peux pas le deviner juste en regardant. Par contre on peut le mesurer, l'étudier, et le définir. Si, si, c'est facile pour un élément du tableau périodique. Or, pour les vaccins, ces études ont été linkées dans les pages précédentes et débunké, donc bon, "l'aluminium est dangereux" vaut pas mieux que "l'oxygène est dangereux" par sa seule présence.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

[ce message a été édité par Megalion le 12/08 à 20:19]

Gâterie

12/08 (21:49)

avatar

nombre messages : 11358

Membre

A vrai dire, c'est le problème que j'ai toujours quand je lis "il y a de l'aluminium dans les vaccins" ou "il y a du fer dans les épinards", est-ce que tu es sûr que c'est sous forme élémentaire ? Parce que pour moi, "il y a du XXX dans YYY" ça ne veut rien dire, tant que XXX n'est pas un nom de molécule - ou du moins si on ne peut rapidement déduire de quelle molécule on parle.

___

PROTOPLASME

Fangs

12/08 (22:27)

avatar

nombre messages : 186

Citoyen

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Monte-Oktavio

Megalion a écrit :

> Deviner. Par exemple, en regardant: "Oh, il y a de l'aluminium/du plomb/de l'uranium,
> est-ce dangereux?" on ne peux pas le deviner juste en regardant. Par contre on peut le
> mesurer, l'étudier, et le définir. Si, si, c'est facile pour un élément du tableau périodique.
> Or, pour les vaccins, ces études ont été linkées dans les pages précédentes et débunké, donc
> bon, "l'aluminium est dangereux" vaut pas mieux que "l'oxygène est dangereux"
> par sa seule présence.

Je trouvais la réponse de Emile Loir particulièrement sarcastique et moquante vis-à-vis de Monsieur KK.
Surtout après la page que KK avait linké qui montrait que l'aluminium est dangereux. Alors je comprends pas pourquoi Loir s'en moque comme si c'était de l'oxygène (qui certes est très dangereux lorsqu'il y a un départ de feu!).

Après je dis ça, mais je m'en branle total qu'il y en ait des les vaccins... Ds mes céréales ou dans mon mercurocrhome

Megalion

12/08 (23:05)

avatar

nombre messages : 3214

Membre

Fangs a écrit :

> Je trouvais la réponse de Emile Loir particulièrement sarcastique et moquante vis-à-vis de Monsieur KK.

Parce que d'autres personnes ont déjà fait la remarque avant et qu'on a déjà démontré que c'était inoffensif. Il suffit de (re)lire.

Gâterie a écrit :

> c'est sous forme élémentaire ?

Généralement sous forme ionique (dans les liquides).

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

Emile Loir

13/08 (12:14)

avatar

Membre

Fangs a écrit :



Je trouvais la réponse de Emile Loir particulièrement sarcastique et moquante vis-à-vis de Monsieur KK.



Tu n'as quand même pas pris mes deux dernières réponses à KK au sérieux? [:(]
Il s'agit simplement de l'utilisation d'arguments de même niveau que lui. Il nous offre une théorie complotiste de l'Etat qui cherche à nous empoisonner en collaboration avec les firmes pharmaceutiques, le tout sans aucune source viable, en étant condescendant. Je fais de même.

Parce que pour moi, "il y a du XXX dans YYY" ça ne veut rien dire, tant que XXX n'est pas un nom de molécule - ou du moins si on ne peut rapidement déduire de quelle molécule on parle.


Ca dépend des vaccins. Il me semble qu'il y a 2 ou 3 molécules différentes pour le mercure. L'aluminium il me semble que c'est de de l'hydroxide d'aluminium (donc... Juste des ions aluminium... Non?). Il y en a peut-être d'autres, puisque le terme générique est "sels d'aluminium".

Cela-dit, je suis pas certain que ça avance beaucoup plus de savoir que c'est de l'hydroxide d'aluminium ou autre chose. Vu que les gens n'ont de toute façon pas des connaissances détaillées sur comment telle molécule est gérée par l'organisme.

[ce message a été édité par Emile Loir le 13/08 à 12:15]

Megalion

13/08 (12:52)

avatar

nombre messages : 3214

Membre

Emile Loir a écrit :

> Cela-dit, je suis pas certain que ça avance beaucoup plus de savoir que c'est de l'hydroxide d'aluminium ou autre chose. Vu que les gens n'ont de toute façon pas des connaissances détaillées sur comment telle molécule est gérée par l'organisme.

Non, c'est surtout que les "formes" des métaux de bases ne sont pas pertinentes. L'ion AL (6+? je suis pas sur) peut aussi bien être avec des ions chlorures qu'hydoxides, ça ne change rien à ses propriétés intrinsèques. Même chose pour le mercure: il est sous forme de methyl-mercure bien souvent parce que mercure tout seul, comme l'or, ne flotte pas... Mais c'est lui le seul élément actif.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

Nørd Ike

05/09 (19:01)

avatar

Membre

Je suis étonné que les antivax n'en parlent pas.

___

Dans ce monde de loups, j'ai préféré être un renard...
Notions d'Histoire, un site qu'il est bien.
"Tu peux lui faire comprendre que ça t'emmerde diplomatiquement ?
Sans lui casser un bokken sur la tronche hein !"
Meleny [§p] : "Mais t'es calé dans plein de domaines en fait toi [:o]"

Père Fusion

06/09 (00:52)

avatar

Membre

C'est réservé aux abonnés. Pourtant la résistance Ardechoise semble passionnante.

Nørd Ike

06/09 (02:06)

avatar

Membre

Père Fusion a écrit :

L'abstract résume l'essentiel. Je n'ai pas retrouvé dans la masse des discussions de mon fb le commentaire qui c/c l'article en entier. Je doute de retrouver le tout mais il doit y avoir un bon samaritain abonné sur ce forum non ? [:]]

Ce qui est à retenir c'est que 6 cas se sont déclarés et ont nécessité une hospitalisation dans l'ardèche, pour une simple couverture vaccinale insuffisante.

L'article ré-explique aussi les freins qui peuvent exister (selon l'auteur) et qui peuvent expliquer cela, ainsi que les problèmes de ces maladies et un rapide topo sur l'immunité grégaire ainsi que le nombre de personne qu'un individu contaminé infecte (15-20 personnes).


___

Dans ce monde de loups, j'ai préféré être un renard...
Notions d'Histoire, un site qu'il est bien.
"Tu peux lui faire comprendre que ça t'emmerde diplomatiquement ?
Sans lui casser un bokken sur la tronche hein !"
Meleny [§p] : "Mais t'es calé dans plein de domaines en fait toi [:o]"

Ragnar la brocante

06/09 (20:20)

avatar

nombre messages : 946

Citoyen

Palladium

Domicile : Triangle d'Or

Jouer sur la peur...

Le Pr Michel Peter de l'Académie de médecine a violemment critiqué les méthodes de Pasteur et a écrit au Dr Lutaud, rédacteur en chef du Journal de médecine de Paris : Je suis d'accord avec vous sur tous les points : la médication de M Pasteur, soi-disant préservatrice de la rage, est à la fois une erreur et un danger. Pour ce membre éminent de l'Académie de médecine, c'est pour des raisons peu scientifiques que Pasteur s'est efforcé de faire croire à la fréquence de la rage. En effet, Pasteur évoquait alors des centaines de cas de rage qui mettaient des vies en danger de mort.

<< Or, la rage chez l'homme, est une maladie rare, très rare; j'en ai vu deux cas, en trente-cinq ans de pratique hospitalière et civile et tous mes collègues des hôpitaux, de la ville, comme de la campagne, comptent par unités et non par dizaines (encore moins par centaines), les cas de rage humaine qu'ils ont observés. Pour amplifier les bienfaits de sa méthode et en masquer les insuccès, M. Pasteur a intérêt à faire croire plus forte la mortalité annuelle par la rage en France. Mais ce ne sont point là les intérêts de la vérité. >>

Ce procédé basé sur la peur sera repris plus tard par les laboratoires qui fabriquent les vaccins et par leurs complices.

Devant ses pairs de l'Académie, le Pr Peter a accusé Pasteur, non seulement d'avoir augmenté l'incidence de la rage mais d'avoir provoqué des cas de rage paralytique et même convulsive, au lieu de l'avoir fait disparaître complètement, comme il l'avait pompeusement annoncé. La méthode de M. Pasteur n'est pas moins jugée au point de vue de l'analyse des cas de mort, l'analyse clinique démontrant qu'un certain nombre de ces cas mortels sont dus aux inoculations pastoriennes, ce qui explique l'augmentation de la mortalité par la rage chez l'homme. Le Pr Peter concluait : << Monsieur Pasteur ne guérit pas la rage, il la donne >> ! ; serais-ce là l'unique but de la vaccination moderne de masse ?

Dans une thèse de deux cent cinquante pages sur Antoine Béchamp, Marie Nonclercq, docteur en pharmacie, explique bien l'avantage de Pasteur sur Béchamp : C'était un falsificateur des expériences et des résultats, qu'il voulait favorables à ses idées premières, Les falsifications commises par Pasteur nous paraissent actuellement incroyables. À l'Examen approfondi pourtant. les faits étaient opposés aux idées développées par Pasteur dans le domaine de la bactériologie. [...] Pasteur a volontairement ignoré les travaux de Béchamp, un des grands savants français du XIXe siècle, dont l'oeuvre considérable dans le domaine de la chimie de synthèse, de la biochimie et de la pathologie infectieuse est presque totalement méconnue aujourd'hui, parce qu'elle a été systématiquement falsifiée, dénigrée, pour les intérêts personnels d'un personnage illustre (Pasteur) qui avait, contrairement à Béchamp, le génie de la publicité et de ce que l'on appelle aujourd'hui les relations publiques...

Un historien des sciences étatsunien, Gerald Geison, de l'université de Princeton, a étudié pendant vingt ans les notes de laboratoire de Pasteur, jusqu'alors restées secrètes, sur l'ordre de Pasteur lui-même. Enfin, il a communiqué le résultat de ses recherches au Congrès annuel de l'AAAS (American Association for the Advancement of science), et le journal anglais The Observer l'a publié le 14 février 1993. À son tour, la semaine suivante, le magazine médical Science dénonçait l'imposture pasteurienne.

Si ces querelles entre scientifiques étaient sans conséquence, on pourrait ne leur attribuer qu'une importance relative, mais, à cette époque, les choses étaient plus graves, car la révolution industrielle était en marche et laissait deviner un enjeu économique considérable : l'industrie des vaccins. Argent ! [8)]

Entre 1869 et 1872, Pasteur a énoncé trois postulats de base erronés qui servent encore aujourd'hui de fondement à la vaccination. Le premier estimait que l'asepsie règne dans nos cellules : la cellule est propre, tous les microbes sont exogènes (c'est-à-dire qu'ils viennent de l'extérieur) et l'attaquent, et ces germes ont une existence indépendante des organismes vivants. Le second est que chaque maladie correspond à un agent spécifique, microbe ou virus, contre lequel on peut se prémunir grâce à un vaccin : la maladie n'a qu'une seule cause, donc un seul remède. Enfin, l'immunité s'obtient par la production d'anticorps en réaction à l'introduction d'antigènes contenus dans le vaccin et ces anticorps confèrent une protection.

Nous savons depuis longtemps que ces postulats sont faux, les dernières découvertes en immunologie les contredisent totalement, mais les vaccinalistes font mine d'ignorer ces travaux. Si chaque germe provoquait une maladie, il y a longtemps qu'il n'y aurait plus de vie sur Terre. Pasteur s'est trompé, mais dans ce cas il est excusable, car l'erreur est humaine.

Cependant, il est moins pardonnable pour son animosité envers Béchamp, fondateur de l'enzymologie, qui a identifié de minuscules corpuscules, plus petits que la cellule, les microzymas. Ces derniers sont les véritables éléments responsables de la vie, qu'elle soit humaine, animale ou végétale. Les microzymas peuvent traverser les siècles, mais ils sont aussi susceptibles d'évoluer avec le temps. Chez l'humain, leur forme varie suivant l'état général du terrain dans lequel ils vivent et dont ils se nourrissent. Ce sont des éléments aussi bien constructeurs que destructeurs, capables de se transformer, de muter, d'évoluer. Si cette théorie du polymorphisme avait été reconnue, elle aurait bouleversé notre façon d'envisager la santé et la maladie. Quand un déséquilibre perturbe le fonctionnement normal des microzymas - malnutrition, intoxication, stress physique ou psychique - le microzyma se transforme en germe pathogène, c'est-à-dire en microbe, et la maladie survient. Dans cette optique, il suffit de renforcer la santé de la personne pour que les germes pathogènes internes retrouvent leur forme originelle et leur fonction protectrice.

Grâce à sa théorie, Béchamp a pu recenser des bactéries vieilles de plusieurs millions d'années. Le polymorphisme des microzymas peut ainsi les transformer en virus, bactéries, mycéliums, prions, ou autres organismes encore inconnus. Mais ils peuvent aussi entamer le processus inverse et se retransformer en microzymas basiques.

Ces recherches ont permis à Béchamp de juger la vaccination scandaleuse, car elle néglige la vitalité propre, indépendante des microzymas de l'organisme.

En résumé, pour Pasteur le microbe est à l'origine de la maladie, pour Béchamp, c'est la maladie qui permet au microbe de s'exprimer. Cette dualité de position dure officiellement depuis plus de cent ans. Et bien entendu, c'est celle qui rapporte le plus, financièrement parlant, qui prévaut.

Sur sont lit de mort, Pasteur aurait affirmé que c'était Claude Bernard qui avait raison, que le microbe n'était rien, que le terrain était tout. En effet, si le microbe était le seul responsable, comment pouvait-on expliquer le fait que les infirmières qui soignaient les tuberculeux n'étaient pas contaminées, alors que d'autres personnes, bien moins exposées au bacille, tombaient rapidement malades? Se posant la question, Claude Bernard en vint à développer la notion de réceptivité à la maladie, admettant qu'il devait exister une tendance innée ou acquise à développer certaines pathologies.

Et le Pr Jean Bernard n'est pas loin d'adhérer à cette théorie lorsqu'il pose la question : << Si dans la lutte contre le cancer, on n'a pas avancé aussi vite que dans d'autres domaines, c'est probablement parce qu'on s'est trop attaché aux théories de Pasteur. [...] Ces virus sont-ils bien en dehors de nous? Ne viendraient-ils pas de nos organismes traumatisés? >>.

En clair : la vaccination est une vaste escroquerie, qui provoque des maladies pour la santé du fric.


source : La Fêlure du monde, André Glucksmann.
Poster Nouveau sujet Sujet bloqué

Forum > Politique & Société > Vous et la vaccination

1 | ... | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | ... | 45