pied gauche

 

Bavardage & Divers

Forum > Bavardage & Divers > 40 pages d'anecdotes plus ou moins intéressantes

1 | ... | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | ... | 30

Emile Loir

01/09 (17:46)

avatar

Membre

Égalité von Naphtaline a écrit :


Et si, petite suggestion comme ça, c'était justement le fait qu'en français le masculin soit considéré comme neutre qui posait souci ?


Je ne comprends pas.
Le fait qu'un mot soit appelé "masculin" ou "féminin" n'est qu'une convention.

Si ça te fait plaisir, on peut renommer les formes "masculines" en forme "neutres". Ou en "infinitif" du mot pour faire le parallèle avec le verbe. Moi j'ai rien contre hein.

Ou alors quoi? On rajoute un troisième genre/une troisième terminaison parce que la langue française est pas déjà assez compliquée? Ou on décorrèle complètement les mots d'un genre avec ceux de l'autre genre (dans la même idée qu'on a un étalon et une jument, et pas un cheval et une chevale)? Ou on élimine complètement le genre des mots et on fait un pile ou face à chaque fois pour savoir si on garde la forme féminine ou masculine du mot?

Je veux dire, j'ai toujours beaucoup de problème avec les gens qui clament le sexisme du langage. Il y a peut-être eu (et il y a peut-être encore) des choix orientés par une élite lors de la construction du langage, mais je n'ai pas l'impression que quand j'utilise du masculin pluriel pour désigner un groupe dont les genres ne me sont pas connus, je suis particulièrement oppressif.

Anj a écrit :



Quand tu es misandre ou raciste envers un blanc, tu ne participes pas à un procédé structurel qui a pesé sur la tête de la personne toute sa vie. Donc ce n'est pas problématique. Pas pédagogue donc moyennement productif, mais pas problématique.


Ce que tu dis est probablement vrai à court-terme (même si bon, tu n'as AUCUNE idée de ce qu'a pu vivre une personne de par son genre et sa couleur de peau, hein).
Mais à long-terme?
Si aujourd'hui on dit "La misandrie et le racisme anti-blanc? No problemo, allez-y", qu'est-ce qui va se passer dans plusieurs générations où on laisse faire?
Pense-tu que le racisme est arrivé du jour au lendemain, et pas par un laisser-faire progressif, agrémenté de quelques excités qui exacerbent les tensions parce qu'ils en profitent?

Il me semble que quand ton objectif est l'égalité entre tous les êtres humains, tu ne peux pas dire qu'une discrimination est ok parce que ce n'est pas un "procédé structurel qui a pesé sur la tête de sa personne toute la vie".

D'autre part, d'un point de vue moins utopique et beaucoup plus pratique, il y a un truc très simple.
Si quand tu veux lutter contre la transphobie, tu te permets de discriminer contre les cis-genres, il va se passer quoi à ton avis? Pense-tu que tu vas réussir à t'intégrer dans une population majoritairement cis-genre quand tu estimes qu'ils ne méritent pas la même protection contre la discrimination que toi?
Attiser les tensions avec un groupe externe au sien n'est pas et n'a jamais été une bonne façon de s'intégrer au-dit groupe externe.

Attention, je ne dis pas que les transsexuels doivent se taire et "rentrer dans le rang". Je dis juste que si tu veux être traité comme un égal, tu dois commencer par traiter les autres comme un égal.
J'ajouterai qu'avoir déjà été victime de discrimination devrait d'autant plus aider ces personnes à comprendre le fléau que c'est, et à quel point ça doit être évité.

[ce message a été édité par Emile Loir le 01/09 à 18:01]

Kosumi

01/09 (19:17)

avatar

nombre messages : 238

Membre

Emile Loir a écrit :

> Égalité von Naphtaline a écrit :

>>
Et si, petite suggestion comme ça, c'était justement le fait qu'en français le masculin soit considéré comme neutre qui posait souci ?


> Je ne comprends pas.

Bah c'est pourtant simple, on nous apprend très tôt à l'école que le masculin l'emporte sur le féminin.
Typiquement comme dans la société.
Et c'est certainement bien souvent ce pourquoi des personnes ne souhaitent pas être identifiées à un genre, comme les non-binaires.

Du coup leur parler au masculin, parce qu'il l'emporte sur le féminin, ce n'est pas forcément ce qu'il y a de mieux à faire.

[ce message a été édité par Kosumi le 01/09 à 19:26]

Emile Loir

01/09 (19:27)

avatar

Membre

Kosumi Hanzô a écrit :



Bah c'est pourtant simple, on nous apprend très tôt à l'école que le masculin l'emporte sur le féminin.
Du coup utiliser le masculin par défaut pour les noms / adjectifs, parce qu'il l'emporte sur le féminin, ça pourrait être mal vécu pour les personnes qui ne souhaitent pas être identifiée à un genre.


Je suis d'accord que le moyen mnémotechnique est franchement pas top (D'autant que dire que le français est fainéant et que dans les cas mixtes ou avec un manque d'information, on utilise la forme la plus basique (i.e avec le moins de suffixe), c'est pas nettement plus difficile à assimiler pour des enfants).
Cela-dit ça reste un... moyen mnémotechnique.

J'ai du mal à éprouver de l'empathie pour des gens qui se sentent froissés par un moyen mnémotechnique. Qu'on souhaite le changer, c'est une chose (et personnellement je suis pour).
Qu'on souhaite changer la règle de grammaire qui limite les suffixes parce que des gens sont froissés par le moyen mnémotechnique utilisé pour enseigner la règle, ça me semble mal adapté en revanche.

Draziel

01/09 (19:28)

avatar

nombre messages : 2165

Membre

Anj a écrit :


Quand tu es misandre ou raciste envers un blanc, tu ne participes pas à un procédé structurel qui a pesé sur la tête de la personne toute sa vie. Donc ce n'est pas problématique. Pas pédagogue donc moyennement productif, mais pas problématique.


Tu présuppose qu'un blanc n'a jamais subit un racisme problématique dans sa vie. Tu projette sans doute ton propre vécu ou tes propres préjugés, une vie de petit blanc au milieu d'autres blancs. Je t'invite à aller vivre dans certaines banlieues, car moi, petit blanc, j'ai connu un fort racisme très problématique et qui a eu un gros impact négatif sur ma vie. Le racket, les agressions, les brimades, qui m'ont poussé à vivre comme un reclu.
Oooh je sais, c'est que du blabla de blanc, mon ressenti n'a aucune importance parce que je fais partie du groupe des oppresseurs (lol), alors que lorsqu'une femme dit son ressenti vis à vis de l'oppression masculine, c'est un témoignage sacré auquel il ne faut pas toucher...

Kosumi

01/09 (19:34)

avatar

nombre messages : 238

Membre

Anj a écrit :

> Quand tu es misandre ou raciste envers un blanc, tu ne participes pas à un procédé structurel
> qui a pesé sur la tête de la personne toute sa vie. Donc ce n'est pas problématique.

Je ne sais pas si c'est problématique ou non, mais c'est profondément débile.
En l'occurrence, c'est le meilleur moyen pour diviser les exploités.
En fait tu mets dans le même panier Jean-Charles de La Rivière, fils de, qui exploite largement noir comme blancs, sans faire de différence lui, et Andrzej, paysan blanc polonais qui a miséré toute sa vie.

Et pour quoi faire finalement ? La même chose que ce que tu reproches à quelques attardés racistes ? Martin Luther King doit être fier de toi.

Adhémar le chragon-garou

01/09 (20:31)

avatar

Citoyen

Confédération Libre

Domicile : Bauhaus

[8p]

...

[o(]

...

[:l]

...

J'y vois clair ! [:p]

Un nénufar est donc un nénuphar émasculé, le f de foufounette y remplaçant à grands coups de sécateur linguistique le ph de phallus.

Ca fait mauvais genre. [[(]

Spoiler

Anj

01/09 (21:15)

avatar

Membre

Draziel a écrit :
une vie de petit blanc au milieu d'autres blancs.


Je suis une meuf trans blanche et j'ai grandi dans le pire quartier du 93. ¯\_(ツ)_/¯

Pour le reste, j'ai grave la flemme de faire de la pédagogie, et je note que M. a eu la flemme aussi.

Educate yourselves. [pk]

___

Clara ¯\_(ツ)_/¯

Kosumi

01/09 (22:24)

avatar

nombre messages : 238

Membre

Anj a écrit :

> Pour le reste, j'ai grave la flemme de faire de la pédagogie, et je note que M. a eu la flemme aussi.

Évidemment oui, ça doit être long et compliqué d'éduquer les gens sur les bienfaits du racisme généralisé, je comprends tout à fait que tu manques de temps pour nous partager ça, et je te remercie déjà pour l'incommensurable élévation intellectuelle procurée par tes interventions.
Rex

02/09 (10:00)

nombre messages : 1

Visiteur

Kosumi Hanzô a écrit :

Je ne sais pas si c'est problématique ou non, mais c'est profondément débile.
En l'occurrence, c'est le meilleur moyen pour diviser les exploités.
En fait tu mets dans le même panier Jean-Charles de La Rivière, fils de, qui exploite largement noir comme blancs, sans faire de différence lui, et Andrzej, paysan blanc polonais qui a miséré toute sa vie.

Et pour quoi faire finalement ? La même chose que ce que tu reproches à quelques attardés racistes ? Martin Luther King doit être fier de toi.


Si tu pars du principe que le système actuel est raciste, sexiste et hétéro-normatif, peu importe que ton fils de et ton paysan soient de différentes classes sociales, que l'un soit un héritier et l'autre un paysan, ils seront dans tous les cas des privilégiés, et ce simplement parce qu'ils ne seront jamais considérés comme des minorités anormales dans une société où la normalité est blanche, masculine et hétérosexuelle.

Et les anti-racistes ne considèrent généralement pas que le racisme anti-blanc existe dans la société dominée par les Blancs qui est la nôtre (on ne parle pas de l'Afrique du Sud ou du Zimbabwe). Ils partent d'une définition différente de "racisme" que celle qui est communément admise en France (ce qui n'est pas étonnant, puisque la société elle-même est raciste). Le racisme n'est pas seulement l'hostilité individuelle fondée sur des préjugés raciaux (ce qui réduirait le racisme aux quelques attardés racistes que tu évoques), mais aussi un système d'oppression discriminatoire profitant à l'ensemble des Blancs complices.

Les préjugés hostiles individuels à l'égard des Blancs (ou pour les hétérosexuels), aussi désagréables qu'ils fussent pour ceux qui les subissent, sont pour autant dénués du pouvoir oppressif systémique qui sous-tend l'expression de préjugés à l'égard de minorités, les cantonnant à être des anormaux de seconde zone.
Johnny

02/09 (10:22)

nombre messages : 1

Visiteur

Rex a écrit :

C'est vrai dans l'ensemble.
Mais on glisse quand même sur une hiérarchisation de la souffrance au cours de l'histoire plus qu'hasardeuse.

Après je suis d'accord avec toi que c'est bien peu d'être considéré comme auteur/complice/whatever de tous les maux de la société comparé à ce que je vois autour de moi (agression de mes potes homo, racisme de toute sorte pour mes potes de couleur, agression de mes potes meufs etc et pourtant tout ca dans des milieux très favorisés).
Je suis partisan que beaucoup d'hommes blancs subissent la situation, d'où leur sentiment d'injustice (sentiment que je reconnais ressentir parfois) mais en étant un peu honnête, on se rend vite compte qu'on ne refusera pas un appart parce qu'on estime s'etre pas fait assez refouler, qu'on ne refusera pas un poste parce qu'on estime ne pas avoir envoyé de CV, qu'on ne regrette pas de s'etre fait contrôler 1 fois dans notre vie au lieu de 300, se faire recaler de boite 2 fois moins souvent, sans même parler du racisme ordinaire ou les exemples seraient tellement nombreux qu'on ne pourrait pas les énumérer.
Alors oui on est complice même passivement, même Roger notre cultivateur polonais.

Forum > Bavardage & Divers > 40 pages d'anecdotes plus ou moins intéressantes

1 | ... | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | ... | 30