pied gauche

 

Histoire

Forum > Histoire > [Article] Le grand renouveau de l'Histoire réactionnaire

Article

Daska

10/05/13 (10:59)

avatar

nombre messages : 6123

Membre

Vu la direction que prend le topic d'à côté, je me permets d'en créer un autre que j'envisageais d'écrire depuis un bout de temps.

On assiste depuis quelques années maintenant à un grand mouvement réactionnaire qui touche l'ensemble de la société, comme on a pu le voir avec le fameux mouvement contre le mariage homo, véritable débauche de comportements absolument hallucinants dont on aurait pas cru pouvoir être témoins en France aujourd'hui. Les raisons en sont assez facilement identifiables : nous subissons depuis une bonne dizaine d'années une propagande massive essentiellement tournée contre l'immigration et plus particulièrement contre l'islam, je ne vous apprends rien en vous disant cela. Couplé à une situation économique difficile, on assiste à un repli identitaire particulièrement marqué qui conduit à la constitution d'un climat franchement malsain.
La dernière victime en est l'Histoire.

Ce mouvement prend naissance plus largement dans l'épidémie nostalgique qui a saisi toute la société depuis quelques années. Le "c'était mieux avant" est devenu la devise d'une génération, globalement celle du baby-boom. Aller dans une librairie est à ce titre particulièrement édifiant tant on est submergés sous les livres de recettes de grand-mère, de vieilles photos d'école des années 50 façon petit Nicolas, etc... Sans parler du succès de films "c'était mieux avant" type Les Choristes. Quand la génération qui détient les leviers économiques de la société nous fait une crise de nostalgie, c'est tout le monde qui en profite.

Sur cette nostalgie diffuse est née une pléiade d'intellectuels au succès grandissant car capable de mettre des mots sur cette nostalgie, le premier d'entre eux étant à mon avis Eric Zemmour qui a largement contribué à populariser ce sentiment. Et c'est là-dessus qu'a commencé à se greffer la vision réactionnaire et passéiste de l'Histoire dans laquelle nous nageons en plein aujourd'hui. La première grande polémique a été la question de la "repentance", omniprésente dans les années 2006-2007 mais un peu mise en sourdine aujourd'hui. Deux grands points de fixation : la fameuse loi de février 2006 avec sa mention du "rôle positif de la colonisation" et la loi Taubira de commémoration de l'esclavage (d'ailleurs la journée de commémoration, c'est précisément aujourd'hui). On a vu alors apparaître une flopée de livres et de prises de position nous sommant d'arrêter de nous repentir des crimes de la colonisation et nous ordonnant d'être fiers de notre passé.

Dès lors on peut se douter que les personnes qui écrivent cela n'ont aucune envie de faire de l'Histoire ni ne se préoccupent de la vérité historique : leur objectif est bien d'être fier de l'Histoire de France pour la simple et bonne raison que c'est l'Histoire de France et qu'ils sont français. Tout cela serait bel et bon s'ils se contentaient de rester dans leur champ d'action du polémiste au lieu d'empiéter sur celui de l'historien.

Car cela ne s'est pas arrêté là. Le mouvement est aujourd'hui passé à la vitesse largement supérieure et son représentant le plus médiatique est aujourd'hui Lorant Deutsch et son fameux Métronome, ode à la bonne vieille Histoire de France des rois et des saints et contemptrice du peuple et des révolutions. Là encore, le livre a largement profité de la nostalgie ambiante et globalement du public qui veut retrouver ses cours d'Histoire de quand-il-était-à-la-communale. Seulement il ne s'agit pas d'un ouvrage innocent, mais bien d'un véritable manifeste politique en faveur des opinions de Deutsch et des gens qui l'entourent. A ce titre, la collaboration entre Deutsch et Patrick Buisson (ex-conseiller de Sarkozy) autour d'un livre sur Céline (un choix très orienté là aussi) est on ne peut plus révélatrice de la portée idéologique de ce mouvement.

L'Histoire réactionnaire n'est bien évidemment pas une création actuelle, mais la nouveauté du phénomène réside dans sa portée médiatique aujourd'hui décuplée. Le Figaro Histoire en est aujourd'hui un des exemples les plus frappants tant ses thèmes de prédilection sont semblables : les programmes scolaires prétendument "défrancisés", les grands hommes oubliés, etc... Lorant Deutsch bénéficie aujourd'hui d'une complaisance médiatique démesurée et les réactions à ce discours sont assez rares et peu visibles.

Car ce mouvement témoigne également d'un manque certain dans la vulgarisation historique, largement délaissée par les universitaires depuis quelques années maintenant. L'Histoire réactionnaire est venue combler un manque et elle a très bien réussi à occuper ce créneau.

Je vous conseille de lire toute la série d'articles sur Deutsch sur le site Histoire Pour Tous que j'ai mis en lien ainsi que les liens associés pour avoir une idée de l'ampleur du mouvement.

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !


[ce message a été édité par Daska le 05/08 à 09:54]

Forum > Histoire > [Article] Le grand renouveau de l'Histoire réactionnaire